Asie-Pacifique

Le long combat de deux Iraniennes pour la liberté


27/06/2013

Parnian et Azadeh sont Iraniennes. Elles militent depuis leur exil, près de Paris, contre le régime islamique en place. Alors qu'une lueur d'espoir vient de naître avec l'élection d'un président modéré, les deux infatigables combattantes nous racontent leur histoire, leurs espoirs, leur engagement pour les droits des femmes, la liberté et la démocratie en Iran.




Parnian manifestant à Paris
Parnian manifestant à Paris
Poing levé, sous une pluie battante, Parnian invective le régime des mollahs. Face à elle, un jeune homme grimé en ayatollah lui fait signe de se taire. Ici au moins, place du Trocadéro à Paris, pas d'exécution ni de torture ; le peuple a le droit de manifester, et les femmes d'exister. Elles sont une trentaine rassemblées sur le parvis des Droits de l'Homme. Sur les banderoles, les slogans sont sans équivoque : « Notre vote = renversement du régime des mollahs. »  Au fond, elles n'ont qu'un rêve : pouvoir enfin retourner en Iran et vivre une liberté qu'elle réclame depuis tant d'années.

Plus de la moitié de sa vie

Parnian se bat depuis plus de 30 ans : « J'étais contre le régime intégriste en Iran. Je veux un Islam tolérant dans mon pays. Un Iran libre et démocratique. »  C'est avec cet espoir que Parnian a rejoint les rangs de l'Organisation des Moudjahidine du Peuple Iranien (OMPI) dont le siège est situé à Auvers-sur-Oise en région parisienne.

Elle a aujourd'hui 59 ans. Elle a ainsi consacré plus de la moitié de sa vie à se battre pour les droits des femmes et des réfugiés. Aujourd'hui, elle est devenue un pilier des Moudjahidine du peuple. Elle s'est également engagée aux côtés de Myriam Radjavi, la présidente élue du Conseil National de la Résistance Iranienne qui rassemble les principales forces d'opposition à la république islamique hors des frontières iraniennes.
 
Parnian a rejoint le mouvement en 1981, une année noire pour les opposants au régime. Deux ans après la révolution, les bases du régime de l’ayatollah Khomeini sont encore instables, il veut s'affirmer à tout prix et ne tolère aucune résistance. Les Moudjahidine organisent l'opposition. Le 20 juin, ils appellent à un grand rassemblement qui attire un demi-million de personnes dans les rues de Téhéran. La réaction du Guide est immédiate.

Sur le parvis des Droits de l'Homme au Trocadéro
Sur le parvis des Droits de l'Homme au Trocadéro

100 000 morts

Sa garde rapprochée tire sur la foule et arrête toute personne qui oserait s'opposer au nouveau régime. Une dictature est née. Dans les six mois qui suivent, près de 100 000 opposants sont assassinés et des dizaines de milliers torturés dans les cachots de la toute jeune république islamique. Khomeini interdit le mouvement et pourchasse ses membres sans pitié. 
 
Parnian, alors étudiante à l'université et déjà militante aux côtés des Moudjahidines, n'a que 26 ans. Elle quitte son pays pour poursuivre ses études et combattre le régime. La France devient sa terre d'asile. Mais se battre en exil s'avère presque aussi compliqué que se battre à Téhéran. Les Moudjahidine du Peuple ont dû patienter pendant près de 30 ans pour devenir diplomatiquement « fréquentables ». Après le Royaume-Uni en 2008 et l'Union européenne en 2009, les Etats-Unis n'ont retiré qu'en septembre dernier le mouvement de leur liste noire des organisations terroristes. 
 
Parnian a milité intensément pour que le mouvement ne s'essouffle pas. Elle a informé et surtout formé les jeunes. Dont Azadeh, près d'elle ici, au Trocadéro. Âgée de 34 ans, Azadeh symbolise cette nouvelle génération des militantes du mouvement. Elle lutte  pour le départ des mollah : « Il faut continuer à se battre, dit-elle ; on combat un régime, on ne peut pas ne rien faire, on vit pour les autres, la résistance c'est pour eux. »

Azadeh, 34 ans et une enfance cachée à Téhéran
Azadeh, 34 ans et une enfance cachée à Téhéran

Azadeh et sa mère, pourchassées

Azadeh Alemi n'avait qu'un an lorsque sa mère a été emprisonnée et torturée dans les geôles du régime de Khomeini. Deux de ses oncles ont été exécutés, sans autre forme de procès. Les opposants sont déjà systématiquement écartés. Nous sommes en 1980. Les femmes perdent peu à peu leurs droits fondamentaux, la liberté de parole et la liberté de la presse sont réduites à néant. Khomeini devient peu à peu l'objet d'un culte de la personnalité.
 
Azadeh est alors élevée par ses grand-parents. Elle grandit à Téhéran, cachée. Elle a déjà 9 ans quand sa mère sort de prison.  Celle-ci décide de fuir son pays avec sa fille et parcourt plus de 1 500 kilomètres à cheval. Après un mois de voyage, dans le froid et la neige, elles atteignent Ankara. Puis, elles prennent la direction du camp d'Achraf, cette fois, en voiture.  
 
Le camp est une terre d'accueil pour ces Iraniens dont la République islamique ne veut plus. Au fil des années, il s'est modernisé, possède son propre hôpital, des écoles, et fonctionne comme une petite ville. Sa mère décide de s’y installer, Azadeh n’y reste que peu de temps. Elle grandira en France, auprès de son père. Aujourd'hui, cela fait 16 ans qu’elles ne se sont pas revues, tout en se battant pour la même cause. 
 
À 34 ans, Azadeh a repris des études de droit. Elle se dit chanceuse de pouvoir continuer à étudier. Elle a fondé une famille, ses trois fils grandissent à ses côtés en région parisienne. A l'abri. 

Chez les mannifestants du Trocadéro, des rêves de retour
Chez les mannifestants du Trocadéro, des rêves de retour

« C'est Rouzbeh, il chante bien, non ? »

L' Iran, les deux fils de Parnian, Rouzbeh et Moussa, ne le connaissent pas pas non plus. Ils ne sont pourtant qu'à quelques dizaines de kilomètres de sa frontière. Ils ont aujourd'hui 29 et 32 ans et sont en Irak, après des années d'exil en Allemagne. Ils ont choisi de continuer la lutte en mémoire de leur père, éliminé par le régime iranien il y a 20 ans maintenant. 
 
Ils  vivent depuis 2009 dans le camp Liberty, à Bagdad. Un camp de transit qui était sensé faciliter le retour des moudjahidines dans leur pays. En théorie seulement. Le gouvernement iranien leur laisse la porte fermée, et le premier ministre irakien, Nouri Al Maliki, proche de l’ayatollah Khamenei, souhaite les faire quitter le territoire au plus vite.
 
Plus de 3 000 personnes vivent dans cette ancienne base militaire américaine transformée en camp de réfugiés. Depuis quelques mois, la situation sanitaire s'est détériorée et les blessés peinent à recevoir les soins nécessaires. Les autorités irakiennes bloquent toujours l'acheminement de matériel médical et de médicaments.
 
La communication avec le camp Liberty est difficile et Parnian n'a pas eu de nouvelles de ses enfants depuis plusieurs mois. Lorsqu'elle évoque ses fils, son regard se perd dans le vide... Elle est inquiète. Mais une lueur apparaît dans ses yeux lorsqu'elle prend son téléphone pour regarder une vidéo de son fils aîné. On le voit chanter en s'accompagnant au piano lors d'une réception à l'OMPI. « C'est Rouzbeh, me dit-elle, il chante bien, non ? » 
 
Azadeh, elle rêve tous les jours de pouvoir emmener ses enfants en Iran.  Le pays des est toujours présent dans les discussions. Son aîné, qui a 9 ans, lui a demandé récemment : «  Mais maman, quand on ira en Iran, comment on fera, ils ne parlent pas pareil que nous ? » Elle lui a promis qu'elle lui apprendrait le farsi, la langue des Iraniens. 
 
Stéphane Huonnic





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Europe | Amériques | Afrique | Asie-Pacifique | Maghreb | Moyen-Orient | Palestine/Israël







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"