Différences

À 88 ans, Marie-Renée Jamet lutte toujours contre la prostitution


20/06/2013



« Toute personne vaut plus que tout l'or du monde. » Cette phrase qu'elle découvre à la JOC alors qu'elle a une quinzaine d'années, Marie-Renée Jamet en a fait le leitmotiv de sa vie. Le regard pétillant, le sourire à fleur de lèvres, l'élégance discrète, la parole chaleureuse, jamais vous ne lui donneriez 88 ans.

Pouvez-vous l'imaginer parcourant avec d'autres bénévoles les trottoirs de Tours puis de Lorient, entrant dans les cafés au milieu de la nuit, à la recherche d'une rencontre avec les prostituées ? Cette vieille dame qui n'a pas peur d'employer les mots justes et sains devant les centaines de jeunes avec qui elle dialogue dans les collèges et lycées du Morbihan, milite depuis 40 ans au mouvement du Nid.


À 88 ans, Marie-Renée Jamet lutte toujours contre la prostitution
Pour en savoir plus

La JOC, Jeunesse Ouvrière Chrétienne« Association de 10 000 garçons et filles de milieux populaires, âgés de 15 à 30 ans. Ensemble, ils discutent, réfléchissent et agissent pour changer ce qui ne va pas autour d'eux. Les initiatives qu'ils mènent touchent à toutes les dimensions de leur vie : boulot, fric, logement, loisirs... Avec 120 fédérations locales, la JOC est la seule association nationale de jeunes de milieux populaires. Elle est gérée et animée par les jeunes eux-mêmes. »

Le Mouvement du Nid :  « Association 1901 d’utilité publique luttant contre les causes et les conséquences de la prostitution. Le Mouvement du Nid agit pour l’égalité hommes-femmes, lutte contre les violences faites aux femmes, réclame la responsabilisation des "clients" et la suppression du délit de racolage. » 

C'est tout d'abord une aventure humaine depuis 1937. Le Mouvement a été fondé par le Père Talvas. Sur l'intuition de Germaine Campion, ancienne prostituée, il prend conscience qu'il faudrait une équipe pour aider les jeunes femmes qui se prostituent. « Par ailleurs, Germaine Campion a été à l'origine de la création de VIE LIBRE avec le Père Talvas en 1953, ajoute Marie-Renée Jamet. C'est une jociste de Fougères, Maggy Boire, qui, ayant découvert l'existence de la prostitution, en particulier sur Paris, quitte son travail et sa ville, trouve un travail sur Paris et accueille une, deux, trois jeunes femmes prostituées, dans sa chambre d'hôtel en 1943. Elle loue ensuite un appartement et, avec le père Talvas et des jeunes engagés dans les mouverments d'action catholique, crée des foyers et des services gérés aujourd'hui par l'Amicale du Nid"

Aujourd'hui, le Mouvement, avec ses militants bénévoles, organise des formations d'acteurs sociaux, rencontre les jeunes lors de journées de prévention et lance des plaidoyers pour sensibliser élus et politiques.

La proposition de loi sur l'abolition de la prostitution Wikipédia

A lire ou à écouter

L'interview de Catherine Goldmann : féministe, militante, pour l'abolition de la prostitution

Le site du STRASS - Syndicat du Travail Sexuel, créé en 2009 lors des Assises européennes de la prostitution. Le syndicat revendique la protection des prostituées et l'accès au droit commun.

Le travail réalisé par des militant(e)s, chercheur(e)s et enseignant(e)s en Belgique, Suisse, France et au Québec  Anatomie d'un lobby pro-prostitution - Etude de cas : le STRASS en France.

L'émission de France Culture,  " Prostitution : osez le débat "   un documentaire de Meta Tshiteya et Nathalie Salles


La situation de la prostitution en Europe myeurop.info

Laurence Noëlle " Renaître de ses hontes "
Présentation de l'éditeur Le Passeur : « Des tréfonds de la honte, celle qui consume l'âme et réduit au silence, Laurence a toujours cru que demain était encore à écrire et que rien n'était perdu. Elle a connu le pire : la maltraitance, l'inceste, la prostitution à 17 ans, la drogue et l'alcool pour tenir, le gouffre de la dépression et la mort toute proche, toujours cernée par le dégoût de soi. Pourtant, Laurence a puisé dans ces expériences douloureuses une force pour continuer de vivre et trouver les ressources pour avancer, coûte que coûte. Sur ce chemin de résilience, la confiance en la vie, l'amour gratuit et l'accompagnement de psychothérapeutes ont été de puissants leviers pour se relever. Cependant, il lui fallait briser le silence qui la muselait depuis tant d'années. Laurence a crié sa honte, bousculant les préjugés, pour transmettre ce message à ceux qui sont enfermés dans leur souffrance : «Ne désespérez jamais. Les blessures cicatrisent un jour. Il est possible d'en sortir, de trouver un sens à sa vie afin de vivre pleinement.» Au-delà du témoignage, elle livre ici les clés de sa renaissance. »
Dans la vidéo ci-dessous, Laurence Noëlle explique le long chemin de sa renaissance à l'amour.
 








1.Posté par Alain Jaunault le 14/06/2013 00:12
Il ne faut pas passer à côté de cette belle histoire que nous conte une femme lumineuse, si bien "écoutée" et transmise par Marie-Anne Divet

2.Posté par Frédérique le 17/06/2013 15:30
A VOIR, A ENTENDRE ABSOLUMENT !!!

Merci Marie-Renée pour tous tes mots, pour ton engagement, ta sincérité, ta force...qui nous donnent à toutes et tous l'énergie, toujours, de participer, à tes côtés, avec d'autres, à ce merveilleux combat pour l'égaltié des droits entre les femmes et les hommes.
Bravo à vous Madame Divet pour ce superbe reportage.

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono