Le billet

Vivre ensemble, vraiment ?


08/09/2011




Voir des jeunes, des vieux, des cadres, des ouvriers, des malades, etc.,  vivre ensemble dans un même immeuble, un même quartier, je rêve ! Oui, rêvons. Nous sommes en 2030.  Les jeunes noirs, arabes et petits blancs des banlieues ont quitté leurs ghettos et boivent aux mêmes terrasses que les bourgeois tradis ou bobos. La haute caste financière a découvert la société et s'est mise à son service. La haute caste politique sait maintenant parler aux ouvriers et employés licenciés. L'École n'est plus un grand centre de tri. Le Front National n'existe plus. Tant de choses ont changé ! La fraternité, comme la liberté et l'égalité,  n'est plus un mot délavé au fronton des mairies.

Michel Rouger.





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Musique ! - 25/04/2016

​Lueurs - 21/04/2016

La grande évasion - 14/04/2016

​Printemps 2016 - 08/04/2016

Déchéances - 31/03/2016

​La manif' - 10/03/2016

​Les jeunes ! - 03/03/2016

​Le Petit Manuel - 25/02/2016

​Merci patron - 11/02/2016

L'abeille - 04/02/2016

​L'erreur - 28/01/2016

​Divisions - 21/01/2016

Primaire - 15/01/2016

La vague morte - 06/01/2016

​France 2016 - 31/12/2015

Historique - 14/12/2015

Debout ! - 07/12/2015

​État d'alerte - 03/12/2015

Sous les drapeaux - 26/11/2015

​Barbaries - 19/11/2015

​Paris - 14/11/2015

1 2 3 4 5 » ... 11


Le billet de la semaine

​Moi, Président...

« Moi, président de la République » : tout le monde se souvient de l'anaphore historique du candidat Hollande en mai 2012 à la veille de son élection. Moi, président, quinze fois redit, un élan lyrique indépassable. Beaucoup s'en moquent encore. À tort. Il ne faut pas se moquer. Si François Hollande laisse quelque chose en héritage, c'est bien cela. Un an avant l'élection du prochain Moi, ils sont une bonne trentaine – un record – à s'y voir, dans leurs rêves, dans leur miroir : Moi, président.. Au début, on se dit toujours : « L'élection, une bonne occasion pour faire connaître mes idées ». Puis le Moi se met à gonfler. Les sondages vous donnent 1 % et alors ? François Hollande était parti bien bas, lui aussi. Tout est possible. La vérité, c'est qu'il y a 66 millions de Français, et moi et moi et moi

Michel Rouger

26/04/2016

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"








Newsletter