Le billet

Vivre ensemble, vraiment ?


08/09/2011




Voir des jeunes, des vieux, des cadres, des ouvriers, des malades, etc.,  vivre ensemble dans un même immeuble, un même quartier, je rêve ! Oui, rêvons. Nous sommes en 2030.  Les jeunes noirs, arabes et petits blancs des banlieues ont quitté leurs ghettos et boivent aux mêmes terrasses que les bourgeois tradis ou bobos. La haute caste financière a découvert la société et s'est mise à son service. La haute caste politique sait maintenant parler aux ouvriers et employés licenciés. L'École n'est plus un grand centre de tri. Le Front National n'existe plus. Tant de choses ont changé ! La fraternité, comme la liberté et l'égalité,  n'est plus un mot délavé au fronton des mairies.

Michel Rouger.





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Vivement le pire - 25/05/2016

Le petit artificier - 19/05/2016

​Musique ! - 25/04/2016

​Lueurs - 21/04/2016

La grande évasion - 14/04/2016

​Printemps 2016 - 08/04/2016

Déchéances - 31/03/2016

​La manif' - 10/03/2016

​Les jeunes ! - 03/03/2016

​Le Petit Manuel - 25/02/2016

​Merci patron - 11/02/2016

L'abeille - 04/02/2016

​L'erreur - 28/01/2016

​Divisions - 21/01/2016

Primaire - 15/01/2016

La vague morte - 06/01/2016

​France 2016 - 31/12/2015

Historique - 14/12/2015

Debout ! - 07/12/2015

​État d'alerte - 03/12/2015

Sous les drapeaux - 26/11/2015

1 2 3 4 5 » ... 11


Le billet de la semaine

​Vivement le pire

La France a été si mal gouvernée sous Sarkozy puis Hollande, si contrainte de se soumettre sans discuter aux outrances du système financier, qu'elle est de nouveau prise de convulsions. Pourtant, sous la pression des manifestants, de l'aide gauche du PS et celle, secrète, de la CFDT, la Loi Travail ne ressemble plus guère au texte provocateur initial. Mais elle reste un chiffon rouge. Un symbole à abattre. Et après ? On verra bien. En attendant, les casseurs veulent casser "le système" et la CGT abattre la loi symbole en empêchant, avec quelques troupes aguerries, les Français de circuler. Tout à leur haine du personnage François Hollande, une partie des électeurs de gauche accepte déjà un duel Juppé - Le Pen pour la Présidentielle 2017. "Pourquoi pas  Juppé ?" Pourtant, depuis quelques jours, ils connaissent son projet : une offensive anti-sociale lourde, brutale, à faire regretter Macron. Mais marcher vers le pire les yeux ouverts, c'est encore plus beau.

Michel Rouger

25/05/2016

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"








Newsletter