Le billet

Vivre ensemble, vraiment ?


08/09/2011




Voir des jeunes, des vieux, des cadres, des ouvriers, des malades, etc.,  vivre ensemble dans un même immeuble, un même quartier, je rêve ! Oui, rêvons. Nous sommes en 2030.  Les jeunes noirs, arabes et petits blancs des banlieues ont quitté leurs ghettos et boivent aux mêmes terrasses que les bourgeois tradis ou bobos. La haute caste financière a découvert la société et s'est mise à son service. La haute caste politique sait maintenant parler aux ouvriers et employés licenciés. L'École n'est plus un grand centre de tri. Le Front National n'existe plus. Tant de choses ont changé ! La fraternité, comme la liberté et l'égalité,  n'est plus un mot délavé au fronton des mairies.

Michel Rouger.





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

A l'affiche - 23/06/2016

La violence - 16/06/2016

​Buuuut ! - 09/06/2016

​Ça marche - 02/06/2016

​Vivement le pire - 25/05/2016

Le petit artificier - 19/05/2016

​Musique ! - 25/04/2016

​Lueurs - 21/04/2016

La grande évasion - 14/04/2016

​Printemps 2016 - 08/04/2016

Déchéances - 31/03/2016

​La manif' - 10/03/2016

​Les jeunes ! - 03/03/2016

​Le Petit Manuel - 25/02/2016

​Merci patron - 11/02/2016

L'abeille - 04/02/2016

​L'erreur - 28/01/2016

​Divisions - 21/01/2016

Primaire - 15/01/2016

La vague morte - 06/01/2016

​France 2016 - 31/12/2015

1 2 3 4 5 » ... 12


Le billet de la semaine

A l'affiche

Sur la scène politique, les dirigeants de Paris et de Londres auront offert ces temps-ci un spectacle affligeant. À Londres, pour simplement régler des comptes dans leur parti, le Premier ministre David Cameron et son  challenger Boris Johnson ont joué l'Europe au poker et fait remonter les vieux relents de nationalisme et de xénophobie. Quoi qu'il arrive désormais,  c'est une faute énorme contre l'Europe unie qui a arrêté il y a 70 ans les fleuves de sang de jadis. À Paris, le Premier ministre Manuel Valls a osé s'attaquer à une liberté fondamentale, le droit des syndicats à manifester, et l'indécis Président François Hollande a embrayé avant de se raviser sous la bronca de la gauche. Rassurons-nous : la comédie du pouvoir peut aussi faire surgir - trop rarement hélas – de grands personnages. Vivement.

Michel Rouger

23/06/2016

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"








Newsletter