Histoires Ordinaires parle des anonymes, des invisibles, qui étonnent
Le billet

Vivre ensemble, vraiment ?


08/09/2011




Voir des jeunes, des vieux, des cadres, des ouvriers, des malades, etc.,  vivre ensemble dans un même immeuble, un même quartier, je rêve ! Oui, rêvons. Nous sommes en 2030.  Les jeunes noirs, arabes et petits blancs des banlieues ont quitté leurs ghettos et boivent aux mêmes terrasses que les bourgeois tradis ou bobos. La haute caste financière a découvert la société et s'est mise à son service. La haute caste politique sait maintenant parler aux ouvriers et employés licenciés. L'École n'est plus un grand centre de tri. Le Front National n'existe plus. Tant de choses ont changé ! La fraternité, comme la liberté et l'égalité,  n'est plus un mot délavé au fronton des mairies.

Michel Rouger.





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Merci patron - 11/02/2016

L'abeille - 04/02/2016

​L'erreur - 28/01/2016

​Divisions - 21/01/2016

Primaire - 15/01/2016

La vague morte - 06/01/2016

​France 2016 - 31/12/2015

Historique - 14/12/2015

Debout ! - 07/12/2015

​État d'alerte - 03/12/2015

Sous les drapeaux - 26/11/2015

​Barbaries - 19/11/2015

​Paris - 14/11/2015

​La base - 11/11/2015

​Bonté divine - 05/11/2015

Fricot - 29/10/2015

6 décembre - 18/10/2015

​Halte-là - 15/10/2015

Violence sociale - 08/10/2015

Le grand enfumage - 30/09/2015

​Échec et maths - 03/09/2015

1 2 3 4 5 » ... 11


Le billet de la semaine

​Merci patron

A table, le soir, il y a souvent état d'urgence chez des milliers de salariés du privé mais de cette urgence-là, le Président n'a pas parlé jeudi à la télé. Trop de boulot, trop d'heures non payées, trop d'abus. Ou carrément licencié « sans cause réelle et sérieuse » comme disent les Prud'hommes. Il y a bien ce recours, mais à quoi bon ? Ça prend des années. L'État piétine la règle européenne qui dit que « toute personne a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable  ». En 2012, il a été condamné, rien n'a changé. 200 salariés l'attaquent de nouveau cette semaine, qu'est-ce que ça changera ? Le principal, c'est d'avoir un boulot, non ? Dites merci patron. Quand même :  si on macronise, allège, le Code du Travail, on peut peut-être en échange donner plus de moyens aux Prud'hommes ? Une sorte de contrat. « Quoi ? Un contrat ! »

Michel Rouger

11/02/2016

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"








Newsletter