Agriculture

Geneviève et Sylvie ont inventé pour vous le « trivial pursuit » paysan


03/10/2012

Sacrées femmes. Et sacrées agricultrices... Entre deux traites et mille tâches quotidiennes de paysannes normandes, Geneviève Bois et Sylvie Ouvry ont inventé avec des collègues un jeu en 500 questions pour mettre un gros enjeu – leur avenir, notre avenir - à la portée de tous : l'agriculture durable, c'est-à-dire à la fois sociale, rentable et écologique.




Geneviève et Sylvie ont inventé pour vous le « trivial pursuit » paysan
Et elle est repartie... Ce matin, une fois de plus, Geneviève Bois a quitté sa ferme de La Gevraisière, à Sainte-Opportune, pas loin de Flers, dans l'Orne, pour se rendre, par les petites routes sinueuses et charmantes du bocage normand, chez son amie Sylvie Ouvry qui habite à Berjou, précisément à La Gilberdière : c'est juste à la frontière de Sainte-Honorine-la-Chardonne si vous voyez...
 
Là, pour nous, à la grande table, Sylvie a ouvert « L'Agriculteur en Herbe », le plateau aux quatre saisons, les pions, les bons et les buchettes, les 500 cartes/questions... Très malin ce « trivial pursuit » paysan. Il n'y avait qu'elles, militantes et grandes expertes, 
 

Geneviève et Sylvie ont inventé pour vous le « trivial pursuit » paysan

« On s'est dit "Comment on communique avec les non-agricoles ?"»

Il y a de ça six ou sept ans, Sylvie et Geneviève, qui gèrent un troupeau de 45 vaches laitières avec leurs maris Didier et Jean-Marie, se remettent une fois de plus en question lors d'une réunion du Civam, ce réseau de paysans qui s'entraident et militent pour une agriculture durable. « Un jour, on s'est dit  "On est dans la parlote, la question est : comment on communique avec les non-agricoles ?" »

Pour se faire comprendre de toutes les catégories sociales et de toutes les générations, il faut trouver quelque chose d' « éducatif et ludique », et aussi qui ne vieillisse pas. Un jeu, c'est la bonne solution. Mais une fois qu'on a ensemencé, comme d'habitude, tout reste à faire. Elles se lancent avec quelques collègues. Sans aucun budget. Une seule aide mais précieuse, celle d'Erika Van Lierde, animatrice à la Fédération bas-normande des Civam. Le reste, les kilomètres, le temps, le remue-méninges, c'est pour elles.
 

Geneviève et Sylvie ont inventé pour vous le « trivial pursuit » paysan

Partout, carnet et crayon en poche

D'abord concevoir. Les idées cheminent. Le joueur devra suivre, bien sûr, la marche infinie des quatre saisons : «  pour acheter local, il faut les connaître... » Il partagera le travail du paysan en tombant sur les cases « saison » et « surprise » ; il s'initiera à sa science ancestrale avec les questions « Découverte de l'agriculture », il trempera dans les lourds débats d'aujourd'hui avec les questions « Agriculture durable » déclinées équitablement dans les trois thèmes : économique, social, environnement.

Mais 500 questions (et réponses),  il faut les trouver ! « Partout où on allait, on avait un carnet et un crayon dans la poche ». Et cela a bien duré un an. En fait, elles auront impliqué des tas de gens. Avant de boucler le jeu, elles mettent « un prototype en test durant six mois auprès d'agriculteurs, de clubs d'anciens, d'enseignants... »

Tout en cherchant un graphiste, au final un étudiant nantais, elles chassent aussi les financements auprès des collectivités et des mécènes. Puis vient le moment de fabriquer. Pour dénicher l'entreprise qui fasse l'affaire, Geneviève et Sylvie labourent Internet et le milieu associatif ; glanent des adresses et références dès qu'un jeu leur passe entre les mains ; prennent par la suite contact par mail, lettre, téléphone, et la discussion, alors, n'est pas forcément simple.

« Les pions, ça a été toute une histoire. On voulait des petits personnages ; pour 2 000 jeux il en fallait 12 000 : trop pour un artisan, trop peu pour une entreprise. » Finalement, c'est dans le fief du jouet, le Jura, qu'elles auront fini par trouver leurs pions. Lesquels sont par ailleurs, bien sûr, d'un bois et d'une peinture écologiquement garantis.
 

Geneviève et Sylvie ont inventé pour vous le « trivial pursuit » paysan

Salons et marchés

Troisième et dernière grande étape : diffuser, vendre. Voilà les deux agricultrices courant les salons, dont deux à Paris. Elles font les marchés de Noël ; se partagent le travail sur un stand unique : l'une au jeu, l'autre aux produits ; elles répondent aux journalistes... Toujours, heureusement, la Fédération des Civam donne le coup de main.

Aujourd'hui, de ce jeu, elles semblent les premières gagnantes. « Nous avons beaucoup appris. » Sûrement mais c'est trop de modestie. Cette entreprise de folie n'est pas arrivée par hasard : elle s'inscrit dans une dynamique professionnelle et militante, dans une « action politique ». Elles qui ne s'étaient pas destinées à devenir agricultrices - à l'origine, Geneviève est technicienne de gestion et Sylvie une littéraire -, qui ont choisi la profession agricole pour le mode et la qualité de vie, n'ont jamais cessé de batailler pour faire évoluer leur milieu.
 

Le jeu de l'agriculture durable : être bon partout

Et il évolue. Dans le réseau, le bio, par exemple, progresse ainsi que la démarche de l'agriculture durable, ce qui n'est pas forcément la même chose : « Il y a aussi du bio intensif !  ». Hors du réseau des Civam, le jeu, considéré au départ « comme une provoc », a marqué des points : la Chambre d'Agriculture de l'Orne elle-même l'a adopté. « Si l'agriculture évolue, c'est aussi parce que des gens réfléchissent, se remettent en question, posent des gardes-fous ; les choses ont souvent changé grâce à des minorités », ajoutent-elles.

« L'agriculture durable n'est pas de la seule responsabilité des agriculteurs », disent-elles aussi. Alors, pour en savoir plus, jouons ! Et sans tricher. Ça ne sert à rien. Pour gagner, il faut être bon partout : à la fois sur les questions économiques, sociales et environnementales. Comme un paysan de demain.

Michel Rouger

Pour acheter le jeu « L'Agriculteur en herbe » (30 €) :

S'adresser à la Fédération régionale des Civam de Basse-Normandie
2 place du 8 mai 1945, 14500 Vire.
Tél. 02 31 68 80 58
frcivambn@yahoo.fr

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >






Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Cette peur si belle

Incroyable, déroutant, quasiment pas normal  : seulement 13 % des Néerlandais ont voté mardi pour le parti d'extrême-droite de Geert Wilders. Depuis des mois pourtant, sa victoire était prévue, annoncée, actée par les radios, les journaux, la télé. Que s'est-il donc passé ? Rien. Si la montée du populisme en Europe est indéniable, si Trump est président et le Brexit en marche, la presse aime bien aussi se raconter et nous raconter des histoires, caresser cette peur exquise de l'extrême-droite, lourde de menaces pour demain mais si profitable aujourd'hui. En réalité, la grande majorité des Néerlandais a sanctionné l'austérité de la droite et des socio-démocrates sans se tromper de combat, sans se polariser sur l'Islam et les immigrés comme le veut un Wilders dont la tignasse est omniprésente dans la presse. Les grands gagnants de mardi sont en fait les Verts de GroenLinks : vous connaissez le visage de Jesse Klaver, leur leader ? 

Michel Rouger

16/03/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"