Le billet

Ensemble


13/09/2017




Vivre ensemble. L'expression, banale, n'a jamais été aussi moderne. Comme la Fraternité de la devise républicaine. C'est une aspiration forte, une nécessité, à un moment où, face aux puissants repli sur soi et entre-soi, les partis politiques ne peuvent plus rassembler ; où le président nouvellement élu cherche à diviser, traitant cette fois de « fainéants » ou de « cyniques » les Français qui s'opposent à son capolibéralisme. Il y a urgence à ce que le pays travaille à redevenir un ensemble, contemporain, où les différences sont fécondes, où les dissonances sont joyeuses. C'est en cours et une fois de plus, ce sont des citoyens méconnus, dans des quartiers urbains ou des villages ruraux, qui donnent l'exemple. Ainsi les 400 habitants de Saint-Péran, en Bretagne, qui mettent en commun leurs opinions, leurs sensibilités, pour développer leurs biens communs. Il était naturel qu'Histoires Ordinaires leur consacre son premier webdocumentaire.

Michel Rouger 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

Tais-toi et marche

Deux-cents jours qu'il nous fait marcher. Deux-cents jours que nous marchons. Le Président parvient à maintenir la cadence. Son parti de supporteurs marche au pas derrière le lieutenant Castaner. Les ex-socialistes continuent de marcher sur leurs convictions passées. Le Medef et les ultra-riches cherchent à accélérer le mouvement. Certes, les syndicats traînent la jambe depuis la farce de dialogue social sur les ordonnances, les associations aussi depuis la chute des contrats aidés, ou encore les élus locaux privés de taxe d'habitation, soumis encore plus à l'État, bientôt moins nombreux... Mais leur grogne n'entrave en rien la grande marche en avant. Nous marchons. Vers où ? On ne sait pas vraiment. Vers moins de démocratie et plus d'inégalités, ça c'est sûr. Le passé semble notre avenir. Pour le reste... Heureusement, le chef sait. Il nous montre le chemin en souriant aux lendemains qui chantent. Alors marchons. Aujourd’hui, demain, jour après jour.

Michel Rouger

23/11/2017

Nono










Newsletter