Le billet

Ensemble


13/09/2017




Vivre ensemble. L'expression, banale, n'a jamais été aussi moderne. Comme la Fraternité de la devise républicaine. C'est une aspiration forte, une nécessité, à un moment où, face aux puissants repli sur soi et entre-soi, les partis politiques ne peuvent plus rassembler ; où le président nouvellement élu cherche à diviser, traitant cette fois de « fainéants » ou de « cyniques » les Français qui s'opposent à son capolibéralisme. Il y a urgence à ce que le pays travaille à redevenir un ensemble, contemporain, où les différences sont fécondes, où les dissonances sont joyeuses. C'est en cours et une fois de plus, ce sont des citoyens méconnus, dans des quartiers urbains ou des villages ruraux, qui donnent l'exemple. Ainsi les 400 habitants de Saint-Péran, en Bretagne, qui mettent en commun leurs opinions, leurs sensibilités, pour développer leurs biens communs. Il était naturel qu'Histoires Ordinaires leur consacre son premier webdocumentaire.

Michel Rouger 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

​Marchons - 08/05/2017

​Insoumis, mon ami - 04/05/2017

Oui ! - 19/04/2017

Quarté + - 13/04/2017

​Parole - 30/03/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Le mal des soignants

Un mal ronge le milieu de la santé : la violence sur les jeunes en formation. Un nouveau diagnostic révèle même un aggravation chez les futurs infirmier.e.s. Ils se déclarent stressés (78%), épuisés psychologiquement (62%), usagers parfois de psychotropes (27%) et pas seulement à cause du poids des études ou de la précarité qui les oblige à bosser : ils se disent aussi victimes de discriminations (36,5%), de harcèlement (33,4%)... Le milieu n'a jamais été d'une grande douceur mais l'austérité injectée à haute dose depuis des années a mis les soignants eux-mêmes sous tension. Le mal frappe à tous les étages mais le principal c'est que les comptes de la Sécurité Sociale, eux, se portent mieux. 

Michel Rouger

21/09/2017

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"







Newsletter