Vu, Lu, Entendu...

« En France, le formidable essor des supermarchés coopératifs »


03/11/2016




Image extraite de l'affiche du film
Image extraite de l'affiche du film
À l'occasion de la sortie en France,  le 2 novembre, du film "Food Coop" qui raconte l'histoire du supermarché autogéré Park Slope à New-York (43 ans, 16 000 membres aujourd'hui),  Anne-Sophie Novel fait le tour des initiatives françaises qui s'en inspirent sur son blog du journal Le Monde consacré aux « alternatives pour mode de vie en temps de crise ». 

Dans un tour d'horizon très documenté qu'elle a intitulé « En France, le formidable essor des supermarchés coopératifs », elle recense une quinzaine de projets lancés dans l'Hexogone et en Belgique. À la suite de La Louve à Paris, qui s'inspire du supermarché de Brooklyn, sont nés la SuperCoop à Bordeaux, la Cagette à Montpellier, Otsokop à Bayonne, La Chouette Coop à Toulouse, Scopéli à Nantes…

Food Coop, l'histoire à l'écran du supermarché de Brooklyn

Voir aussi le site de Lardux Films, producteur de Food Coop




Nouveau commentaire :







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"