Rebelles non-violents

Le jardin-forêt de Seattle

Jeudi 24 Octobre 2013


Le jardin-forêt de Seattle
Quartier de Beacon Hill à Seattle, trois hectares de terre proches du centre ville, offerts par la mairie, une centaine de citoyens et de citoyennes motivé(e)s qui savoureront à l'été 2014 la première récolte d'une des plus grandes forêts comestibles au monde : c'est la Beacon Food Forest, un jardin-forêt.

La Beacon Food Forest repose sur un agro système autonome qui, à l'inverse d'un potager, n'a pas besoin d'être arrosé ni irrigué : la nature s'y auto-régule. Les citadins de la capitale de l'état de Washington y trouveront des aromates, des fruits, des légumes, le tout en libre-service. Il est prévu d'y installer 50 potagers individuels et un espace dédié aux ateliers gratuits et payants sur des sujets allant de la conservation des aliments à l'identification des plantes et même, la vannerie.

Outre le plaisir de manger sa propre production, les objectifs sont clairs : éduquer, notamment les enfants, à la production de nourriture, jouer un rôle social entre les diverses communautés et groupes ethniques, relocaliser la production alimentaire et créer des banques génétiques de biodiversité afin de faire connaître une vaste palette de fruits et légumes.


Le jardin-forêt de Seattle
Un jardin-forêt  ou forêt nourricière, définition

Robert Hart, un pionnier du jardinage forestier a, pour des raisons de santé, créé ce type de jardin dans les années 60. Il invente un système de sept couches, basé sur l'observation de la forêt naturelle.

Les arbres fruitiers d'origine forment la canopée. Noix et arbres fruitiers sur porte-greffe nain sont la strate arborée basse. Le cassis et autres baies forment la strate arbustive. Légumes et herbes vivaces sont la couche herbacée tandis que la couche couvre-sol de plantes comestibles se propagent horizontalement. Les plantes cultivées pour leurs racines et tubercules forment la rhizophère. Vignes et autres plantes grimpantes forment la couche verticale.

Bill Mollison, qui a inventé le terme permaculture, a rendu visite à Robert Hart dans son jardin-forêt de Wenlock Edge en octobre 1990. Les sept couches du système de Hart ont, depuis, été adoptées comme un élément de design en permaculture. Le concept de forêt nourricière se développe aussi en France.

Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires