Rebelles non-violents

Heb papioù : pelec’h ? Aman ivez…

Jeudi 19 Décembre 2013


« Degemer Mat ar Republik », la chanson de Claude Lintanf résonne sur la Place du Centre, ce 23 novembre. Elle nous invite à nous montrer accueillant(e)s envers les étrangers, particulièrement pour cette famille albanaise menacée d'expulsion depuis le mois de juillet.

Heb papioù : pelec'h ? Sans papiers : où ? Aman ivez... Ici aussi…  à Lannion où vivent  les Fregjaj. C'est la mort certaine si  la famille retourne en Albanie.  Dans la région de Shkodër, d'où elle vient, règne la gjakmarrja, une véritable vendetta coutumière. Fadbarth Fregjaj, 26 ans, a rompu ses fiançailles avec une jeune Albanaise pour épouser Ditmira, ce qui l’expose à la vengeance de la famille de l’ex-fiancée.

Le père de Ditmira a déjà tué un membre de cette famille et selon la coutume, pour se venger, la partie adverse peut désormais même assassiner l’ensemble de la famille, femmes et enfants compris. Un récent reportage d’Arte met en évidence cette situation dramatique et l’impuissance des autorités albanaises. Le Conseil d’État a ainsi retiré l’Albanie de la liste des pays sûrs. 

Ce sont pas moins de 200 personnes qui ont dansé la gavotte pour appeler à l'accueil et la solidarité au nom de la devise de notre pays " Liberté, Egalité, Fraternité ".  A ce jour, la vidéo ci-dessous a été vue plus de 37 000 fois sur youtube.


Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires