Rebelles non-violents

« Gandhi précurseur de la décroissance ? » de Guillaume Gamblin

Mardi 6 Mars 2012

Une nouvelle publication des Editions du Mouvement pour une Alternative Non-violente ( MAN )



Les oeuvres de Gandhi 50 000 pages en cent volumes. Merci à Guillaume Gamblin, du comité de rédaction de la revue Alternatives non-violentes, d'avoir en 92 pages su tirer l'essentiel des lignes de force de sa pensée.

« Gandhi précurseur de la décroissance ? » de Guillaume Gamblin
Souvent, Gandhi est présenté comme un "saint"  filant et méditant. Image fausse puisque le rouet à filer le coton était pour lui une «  arme puissante », symbole de la liberté économique et politique de l'Inde. 

« La démocratie ne se marie ni avec la concentration du pouvoir entre les mains de quelqu'uns, même élus, ni avec un sens de la circulation du pouvoir allant de haut en bas, commente Etienne Godinot, dans la revue MAN-infos. Les règles de la vie collective doivent émaner le plus possible de la base. La démocratie parlementaire est bien sûr meilleure que le totalitarisme mais elle ne constitue qu'une étape vers la vraie démocratie. Les élections sont "un petit jeu qui consiste à compter les têtes sans se soucier de ce qu'il y a à l'intérieur". »

Le livre de Guillaume Gamblin actualise également des facettes moins connues à travers l'action des disciples de Gandhi comme Vinoba Bhave, Jayaprakash Narajan, Indu Tikekar, Rajakopal

La brochure  est à commander ( 8 euros ) au MAN-Lyon
187 montée de Choulans
69005 Lyon

La collection complète des Editions du MAN sur le site www.nonviolence.fr

Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires