L'ouvrage "Hola desde Cuba" étant épuisé, Histoires Ordinaires propose en accès libre les vingt-quatre portraits réalisés par notre ami poète et philosophe Juan Lazaro Besada dans sa ville de Trinidad ainsi que le portrait de l'auteur.
La vie "entre les métaux" de José et Miguel
Comment ça va ce matin?
 
- Bien, merci, et toi ?
 
- Moi, non. Je ne te mens pas. Ce matin, quand je me suis réveillé, j’étais couché. 
 
Une explosion de rire spontané emplit l'atmosphère. C’est ainsi que j'entamai un dialogue avec le vieux José, mon voisin. Un mulâtre doté d’une contagieuse sympathie, affable et serviable.
 
À 76 ans, opéré d’un œil à cause de problèmes de vue, il travaille encore comme plombier. De taille moyenne, mince mais musclé, il porte toujours une casquette qui couvre ses cheveux gris et sa calvitie naissante. Toute son existence a été liée aux métaux.
Jeudi 20 Décembre 2012 Commentaires (0)

Demi-Lune, chronique de la rue où je vis
Ernesto Valdez Munoz est son vrai nom mais pour tous les gens de Trinidad c'était et ce sera toujours Demi-Lune. 
 
Avec ses pavés de pierre ancienne, baptisés par l'humour créole les " cailloux tondus", la rue où je vis voit battre le cœur de la population.
 
Tout au long de ma rue, tel un composé de nuances diverses et variées, les maisons traditionnelles modestes, à la maçonnerie simple et aux toits de tuiles, se mêlent aux bâtiments modernes aux toits de  béton.
Jeudi 6 Décembre 2012 Commentaires (0)

Les préposés au stationnement
Les nouvelles conditions de la société ont stimulé l’imagination des cubains. Beaucoup de métiers, ouverts au travail indépendant avec l'autorisation de l’État, sont aujourd’hui la principale source de revenus pour les habitants de l’île. Spécialement à Trinidad, qui est le troisième pôle touristique du pays ; l’arrivée de nombreux visiteurs étrangers louant des voitures pour parcourir l’île pendant leurs vacances, a permis l'émergence de l'emploi de préposé au stationnement, le parqueador.
Samedi 17 Novembre 2012 Commentaires (0)

Mongui met du sucré dans nos existences
Arpenter les rues avec un plateau de bonbons, ces délicieux produits qui donnent tant de plaisir au palais, n’est pas une chose facile, surtout si le parcours emprunte des rues pavées et des pentes raides. Cela exige un corps en bonne santé car la marchandise ne se vend pas toujours si facilement et à la distance que l'on doit parcourir s'ajoute l'énergie physique qu'il faut dépenser pour porter le plateau de métal contenant les bonbons. 
Jeudi 8 Novembre 2012 Commentaires (0)

1 ... « 3 4 5 6 7
Un blog

Pourquoi est-ce que j'écris
ces histoires ordinaires ?

Bienvenue à Cuba
Michel Rouger
Pays-prison pour les uns, pays de l'utopie en marche pour les autres : quand on parle de Cuba, la caricature n'est jamais loin. Et si l'on chassait les fantasmes ? Gardons les clichés qui ne sont pas faux - la musique, le rhum, le cigare, les plages... - et pour le reste déposons les idées reçues. S'arrêter, regarder, s'interroger. Cuba, au tournant de son histoire, contrainte de s'ouvrir pour survivre, a beaucoup à dire à un monde désaxé, en recherche d'un horizon plus humain. Surtout ses habitants. Et Juan, le poète et le philosophe, peut-être un peu plus que d'autres. Une amitié s'est nouée avec Histoires Ordinaires. Désormais, deux fois par mois, Il nous raconte ses histoires, des histoires vraies. Merci Juan de nous accueillir dans ta maison, Cuba.

Trinidad en images


Chez Juan Lazaro, le poète philosophe
Chez Juan Lazaro, le poète philosophe


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Mobile
Rss



Partager ce site