L'ouvrage "Hola desde Cuba" étant épuisé, Histoires Ordinaires propose en accès libre les vingt-quatre portraits réalisés par notre ami poète et philosophe Juan Lazaro Besada dans sa ville de Trinidad ainsi que le portrait de l'auteur.
À Trinidad, les confessions d’un jinetero
Je ne sais pas comment commencer cette histoire qui sera certainement très difficile, certains la trouveront même offensante, mais la vérité ne doit jamais être cachée, même s’il y en a qui s’efforcent de le faire. 

Le protagoniste de cette histoire est un jeune. Fort et beau, d'un caractère   ferme mais agréable, cultivé, éveillé et décidé. Doté d'un teint mat et de traits réguliers réflétant le métissage cubain, né en 1985, il est « jinetero », un mot qui réunit tellement de significations qu’il n'est pas possible de les imaginer. 
Mercredi 17 Juillet 2013 Commentaires (1)

Poésie, arts plastiques... toutes les muses sont chez Frida
La rue Rosario est une des plus centrales et de plus fréquentées de Trinidad. Par elle, on accède à la partie historique de la ville ; en outre, dans les environs, se trouve la Maison de la Culture, édifice qui fut dans l’ancien temps la résidence de la famille du remarquable révolutionnaire, intellectuel, assaillant de la caserne de Moncada et ex-ministre de la Culture, Armando Hart Dávalos. Juste en face de ce bâtiment vit une personne singulière.

Peintre mais d'abord poète
Mardi 2 Juillet 2013 Commentaires (0)

Avec la fièvre de l’art dans les veines
On peut vivre en faisant de notre passage dans l’existence une lumière d’aurore illuminant notre prochain. Il est particulièrement admirable de consacrer son existence à créer de la beauté car elle éclaire et ouvre la voie à la jouissance de notre humanisme. Dans la ville de Trinidad, qui atteindra prochainement les cinq-cents ans d’existence, car elle a été fondée en 1514, les créateurs abondent. L'un d’eux est la raison de ces feuillets, écrits avec le respect et l’admiration dus à un talent exceptionnel et à une sensibilité émouvante. 
Jeudi 13 Juin 2013 Commentaires (0)

Ricardo “le maigre” ou le sens du dévouement
Un quartier périphérique de la ville, où les rues sont encore en terre battue. La poussière adhère à la semelle des chaussures ; durant les jours de pluie, marcher devient un défi pour l’équilibre et la propreté des souliers. Ici, l’existence est plus simple, les passions plus visibles et les conditions de vie précaires. Ici habite un Cubain singulier.
Jeudi 23 Mai 2013 Commentaires (0)

1 2 3 4 5 » ... 7
Un blog

Pourquoi est-ce que j'écris
ces histoires ordinaires ?

Bienvenue à Cuba
Michel Rouger
Pays-prison pour les uns, pays de l'utopie en marche pour les autres : quand on parle de Cuba, la caricature n'est jamais loin. Et si l'on chassait les fantasmes ? Gardons les clichés qui ne sont pas faux - la musique, le rhum, le cigare, les plages... - et pour le reste déposons les idées reçues. S'arrêter, regarder, s'interroger. Cuba, au tournant de son histoire, contrainte de s'ouvrir pour survivre, a beaucoup à dire à un monde désaxé, en recherche d'un horizon plus humain. Surtout ses habitants. Et Juan, le poète et le philosophe, peut-être un peu plus que d'autres. Une amitié s'est nouée avec Histoires Ordinaires. Désormais, deux fois par mois, Il nous raconte ses histoires, des histoires vraies. Merci Juan de nous accueillir dans ta maison, Cuba.

Trinidad en images


Chez Juan Lazaro, le poète philosophe
Chez Juan Lazaro, le poète philosophe


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Mobile
Rss



Partager ce site