L'ouvrage "Hola desde Cuba" étant épuisé, Histoires Ordinaires propose en accès libre les vingt-quatre portraits réalisés par notre ami poète et philosophe Juan Lazaro Besada dans sa ville de Trinidad ainsi que le portrait de l'auteur.
Un personnage aimé et détesté ou les métamorphoses du CUC
Il y a quelques années déjà, tout paraissait s’effondrer dans la société cubaine. À la suite de la disparition du bloc socialiste en Europe de l’Est, l’économie nationale souffrait sous les ravages d’un effondrement économique qui fit annoncer, à beaucoup de devins, la chute de Cuba. C'est alors qu'apparut dans la société un personnage qui changea la pensée et la conduite des habitants de l’île. 

Il n’est pas grand ni de forte corpulence. Pas même capable d'articuler des mots. Mais sa seule présence crée de miraculeux changements chez les gens et dans les comportements. Il a un nom et plusieurs surnoms,  si nombreux que la mémoire peine à se souvenir de tous. Je parle du Peso Cubain Convertible, le CUC.
Lundi 6 Mai 2013 Commentaires (0)

Une voix très profonde ou l’âme du peuple en chanson
Dans un hôtel particulier, l'un de ces trésors que cache Trinidad dans le sanctuaire de son architecture traditionnelle la plus authentique, vit une personne unique, aimée et respectée de tous, mythe vivant et symbole de la culture de la ville. Sa large fenêtre fait l’objet de fréquentes visites d’amis ou de simples connaissances qui, en passant dans la rue, devinent sa haute silhouette, son visage ferme, ses petits yeux bleus et espiègles, sa frange récalcitrante et son humour incisif. Elle possède un fort caractère, comme les vieux cèdres, et a aussi, pour chaque habitant, avec un éternel sourire aux lèvres, un mot témoignant de la sincérité d’un être humain auquel on doit un profond respect pour son intégrité morale, sa dignité, l’art. 
Mardi 16 Avril 2013 Commentaires (0)

Un métier pour subsister
À 28 ans, marié et père d'un enfant de cinq ans, Yordan, un jeune noir, poli, blagueur et jovial dans un certain sens, exerce son métier de charpentier en tant qu’employé d'État et, une fois sa journée de travail terminée, en indépendant. 
 
Fils d'un charpentier, il m’avoue ne pas avoir hérité de cet amour pour la menuiserie même si, depuis son enfance, il a vu son père travailler dans l’atelier qu’il a dans sa maison. Il s'est consacré à cette activité pour des raisons purement économiques, d’après ses propres mots, pour gagner le pain quotidien car il avoue que son maigre salaire lui permet à peine de faire face aux dépenses journalières.
Jeudi 21 Mars 2013 Commentaires (0)

Au Candonga, la lutte quotidienne des marchands
Vendre au Candonga est aujourd'hui un métier plutôt répandu dans Trinidad, la seigneuriale. Les amis lecteurs doivent être curieux de savoir ce qu'est le Candonga. Eh bien, je vais vous expliquer : c'est un marché populaire où les artisans exposent leurs marchandises, que ce soit des sculptures en bois, des confections textiles de toutes sortes, des chaussures, des articles ornementaux, des bijoux, des peintures ou d’autres objets fabriqués entièrement à la main, pour répondre à la demande des nombreux touristes qui visitent quotidiennement la cité. Bien qu’à cet endroit on vende en monnaie locale pour les habitants de la ville, les prix sont toujours fixés en monnaie librement convertible, c’est à dire en l’omniprésent CUC (Peso Cubano Convertible) si rare de façon légale dans les poches cubaines.
Jeudi 7 Mars 2013 Commentaires (3)

1 2 3 4 5 » ... 7
Un blog

Pourquoi est-ce que j'écris
ces histoires ordinaires ?

Bienvenue à Cuba
Michel Rouger
Pays-prison pour les uns, pays de l'utopie en marche pour les autres : quand on parle de Cuba, la caricature n'est jamais loin. Et si l'on chassait les fantasmes ? Gardons les clichés qui ne sont pas faux - la musique, le rhum, le cigare, les plages... - et pour le reste déposons les idées reçues. S'arrêter, regarder, s'interroger. Cuba, au tournant de son histoire, contrainte de s'ouvrir pour survivre, a beaucoup à dire à un monde désaxé, en recherche d'un horizon plus humain. Surtout ses habitants. Et Juan, le poète et le philosophe, peut-être un peu plus que d'autres. Une amitié s'est nouée avec Histoires Ordinaires. Désormais, deux fois par mois, Il nous raconte ses histoires, des histoires vraies. Merci Juan de nous accueillir dans ta maison, Cuba.

Trinidad en images


Chez Juan Lazaro, le poète philosophe
Chez Juan Lazaro, le poète philosophe


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Mobile
Rss



Partager ce site