Rebelles non-violents

Les sorcières du Vercors

Vendredi 8 Avril 2016


Les sorcières du Vercors
Florence Huvet et Nathalie Portaz sont, depuis avril 2008, les sorcières de la vallée de Quint dans le Vercors. Elles proposent de partager leurs savoirs avec les stages " Oser faire, oser être " en avril et août : cinq jours d’immersion à la découverte des plantes sous moult facettes avec des ateliers pratiques, mais aussi de la danse, du yoga, du gi gong, de la rythmique, du chant, du dessin, de la photo, de la cuisine…

Se soigner avec les plantes n’est pas anodin, et par expérience, nous sommes adepte de l’importance de la liaison entre corps, mental, exploration et connaissance de soi ainsi que l’imperceptible et l’intuition pour une santé bienfaisante. " écrivent-elles sur leur site.  Un temps pour soi, pour oser aller à la rencontre de la substance de notre vitalité et de notre créativité. "

Vous ne pouvez vous prendre le temps d'une escapade, pas de problème... Nos deux sorcières cultivent sur 5000 m2 des plantes médicinales qu'elles complètent avec de la cueillette sauvage pour fabriquer " L'âme des simples ", des huiles essentielles, des macérations et des hydrolats.

" Nous travaillons uniquement manuellement, récoltons à la faucille, butinons bourgeons, feuilles, fleurs dans la nature. Le travail des terres se fait en traction animale. Le séchage des plantes est naturel. Nous distillons à l’ancienne nos hydrolats dans un alambic à feu nu en cuivre. Les plantes ont été cueillies et cultivées en phase avec le rythme des saisons, sur des sites éloignés de la pollution, dans l’observation et l’écoute du végétal et de son environnement. Les transformations sont réalisées à la ferme."

Elles suivent  le chemin de nos ancêtres qui utilisaient les " simples " pour se soigner." Une connaissance et des savoirs qui se sont transmis à travers le métier d’herboriste, jusqu’en 1941, interdit depuis en France. Les réglementations actuelles ne nous permettent pas d’utiliser des termes thérapeutiques pour expliquer les propriétés de nos préparations. "

Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires