Rebelles non-violents

Le tocsin de la paix

Lundi 28 Juillet 2014


Le monument aux morts de Gentioux
Le monument aux morts de Gentioux
1er août 1914, 4 heures de l'après-midi : tous les clochers de France sonnent le tocsin. C'est la mobilisation générale : en 17 jours, plus de trois millions d'hommes sont armés, équipés et transportés par voie ferrée vers la frontière franco-allemande.

1er août 2014, cent après, le tocsin sonnera à nouveau. Et si, pour une fois, il sonnait pour la paix ? C'est l'idée qu'envoie un petit village des Côtes d'Armor : Kermouster à Lézardrieux. 

Les cloches sonneront en mémoire des quatorze victimes de la Grande guerre mais aussi comme le dit,  dans l'édition d'Ouest-France du 28 juillet, Claude Tarin, un des initiateurs, « il s'agira de transmettre à nouveau ce message qui n'est guère entendu " Plus jamais ". La paix est si fragile. L'actualité nous rappelle à la plus grande vigilance. Ce 1er août, il s'agira par le même moyen sonore, de réveiller les consciences. Ce serait un symbole fort, une opération à coût nul, puisqu'il ne s'agit que de tirer une corde ou d'appuyer sur un bouton.» 

Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires