Rebelles non-violents

La marche solidaire pour les migrants, c'est parti !

Vendredi 11 Mai 2018


La marche solidaire pour les migrants, c'est parti !
La Marche Citoyenne et Solidaire, organisée par l'Auberge des Migrants de Calais a démarré le 30 avril 2018 à Vintimille et se terminera le 8 juillet à Londres." Nous marchons pour l’accueil des migrants, contre le « délit de solidarité », contre le blocage de la frontière franco-italienne et de la frontière franco-britannique. Nous demandons la liberté de circulation et d’établissement des migrants en Europe et en France : pas de blocage des frontières à l’intérieur de l’Europe, notamment entre la France et l’Italie, entre la Grande-Bretagne et la France ; pour les migrants, liberté de choix du pays dont ils veulent demander la protection. Nous sommes solidaires avec les migrants : nous demandons l’ouverture de centres d’accueil inconditionnel, la fin du « délit de solidarité » et des autres entraves au travail des citoyens et des organisations d’aide aux migrants."

Sur leur trajet, les marcheurs s’arrêteront dans une soixantaine de villes étapes : Marseille, Lyon, Paris, Lille. Relayée par de nombreuses associations, cette initiative veut porter à l’échelle nationale l’enjeu d’accueillir, la nécessité d’une autre politique de l’immigration, le respect des droits des migrants, la condamnation du harcèlement judiciaire à l’encontre de ceux qui leur viennent en aide.

La marche a aussi pour objectif de valoriser le travail des citoyens, des associations, des collectifs qui aident les migrants, dans les 60 villes-étapes, de créer du dialogue avec les citoyens. Elle a aussi pour objectif la collecte de fonds et l’encouragement à la collecte des biens nécessaires aux migrants (vêtements, chaussures, couvertures, …)

Pour en savoir plus sur les conditions de participation, cliquez sur https://www.laubergedesmigrants.fr/fr/la-marche-citoyenne/

Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires