Rebelles non-violents

Finançons un album BD sur la non-violence

Lundi 5 Janvier 2015

Personne ne pourra faire mourir le dessin politique, moyen d'expression populaire essentiel. Ses formes sont multiples. Ainsi un gros album de bande dessinée (240 pages) est en projet sur la résolution par la non-violence de conflits en cours. Tout un chacun peut participer à son financement.



Finançons un album BD sur la non-violence
"Ahimsâ, l'instant neige", une BD à paraître en 2017 : c'est le projet d'Etienne Raphaël et Dominique Legeard, soutenu par Non-violence XXI.

Comme l'explique le site des Dessin'Acteurs, association qui regroupe des auteurs désireux de se mettre au service de la Solidarité, du Dialogue et d'Alternatives concrètes, cet ouvrage présentera des solutions non-violentes pour la résolution de conflits afin de les faire connaître au grand public.

Cette BD de fiction de 240 pages sera le fruit de nombreuses rencontres de militants associatifs, des Faucheurs Volontaires aux activistes d'Hébron en Palestine, en passant par la Bosnie et le Gabon. 

Pour financer ce projet, tout en gardant leur indépendance éditoriale, les deux auteurs ont lancé une campagne de financement participatif sur le site Ulule. Vous avez jusqu'au 15 mars 2015 pour jouer les mécènes de l'action non-violente.
http./fr.ulule.com/ahimsa-l-instantneige/ 
 

C'est quand tu vois un moustique se poser sur tes couilles que tu sais que rien ne se résout par la violence
C'est quand tu vois un moustique se poser sur tes couilles que tu sais que rien ne se résout par la violence

Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires