Rebelles non-violents

Attention ! Jouets dangereux...

Jeudi 11 Mai 2017


Attention ! Jouets dangereux...
L'association " Le jeu pour tous " lance une campagne à l'attention des professionnel-le-s  et des parents sur le libre choix des jouets. Composée de trois affiches, cette campagne a pour objectif de faire prendre conscience à chacun-e, enfant comme adulte, des stéréotypes liés au sexe, dans les jouets. C'est bien connu : les garçons ne savent jouer qu' aux voitures et à la guerre et les filles aiment tant se déguiser en princesse et jouer à la petite maman attentive… 

Aux filles la cuisine et les jolies robes, aux garçons l’aventure et la guerre ! Non, le choix d'un jouet n'est pas anodin, il conforte ou non les stéréotypes; Ils ouvrent ou non la porte à de nouvelles découvertes et compétences.

L'association " Le jeu pour tous " s'est donné pour objectifs de donner à l'enfant la possibilité de choisir son jeu et d'exprimer sa personnalité sans qu'il se fasse influencer, de lui proposer des jeux variés pour lui offrir la possibilité de développer des compétences variées. On le sait aujourd’hui, le cerveau se modifie en fonction de l’apprentissage et de l’expérience vécue.

C'est important aussi pour l'association cette nécessité de faire prendre conscience à chacun-e, enfant comme adulte, des stéréotypes liés au sexe, pour garantir la liberté de chacun-e et le respect mutuel. " Le tout sans poser de  jugement :  les filles ont bien le droit d'aimer le rose  ! Avec de la finesse :  il ne s'agit pas de faire aimer les voitures aux filles et les princesses aux garçons  ! Simplement  varier les propositions de jeux et aider les enfants à ne pas dénigrer ce qui "appartiendrait" à l'autre sexe." 

Le site internet " Jouer l'égalité.fr "  permet de télécharger les affiches de la campagne " L'égalité commence avec les jouets " et d'avoir accès à des ressources complémentaires.


Nouveau commentaire :




Pourquoi ce blog
Marie-Anne Divet
Marie-Anne Divet
Ce qui m'a intéressée dans les idées de Gandhi, c'est le choix. Ou de réagir à la violence par la violence ou de répondre, en me creusant la tête, d'une autre manière, qui respecte l'être humain, comme un autre moi-même. J'aime cette obligation de faire autrement, d'une façon active et créative, une manière d'être à l'autre et non d'avoir l'autre.
Pédagogue de profession, j'aime cette idée que nous puissions collaborer, lecteurs/lectrices, expert/e/s, pour partager nos questions, mettre en commun nos réflexions et mutualiser nos ressources pour agir au quotidien là où nous vivons.

Marie-Anne Divet






Cette semaine sur Histoires Ordinaires