Menu


Bienvenue

"On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir. Chacun a besoin de l'autre pour se révéler" (proverbe africain)

Peindre, la découverte d'Hamza

Lundi 28 Février 2022

Peindre, la découverte d'Hamza
20220303_peindre_la_decouverte_d__hamza.mp3 20220303 Peindre la découverte d'Hamza.mp3  (1.95 Mo)

Hamza Gassama est né à Bamako au Mali il y a 18 ans.. Il avait 15 ans quand il a débarqué en France. Aujourd'hui, il vit dans la région malouine. Il a une passion : la peinture. A travers elle, il revit l'histoire de son pays, du sultan Kankan Moussa, de la mosquée de Tombouctou et  de ses bibliothèques. Elle lui rappelle les paysages mais aussi le quotidien de la rue et des villages.

Quand il arrive à Saint Malo, un ami de sa famille d'accueil lui donne des crayons pour dessiner. " Peindre me donne un but, cela m'évite de penser parce que je me rappelle de tout ce que j'ai traversé dans ma vie. Je m'inspire tout seul. J'adore !" Au lycée professionnel Alphonse-Pellé où il était l'année dernière en CAP menuiserie, la documentaliste, Rachel Guitton, l'a incité à présenter son travail. Tout le monde l'a encouragé à continuer. Hamza a son CAP en poche et poursuit sa formation en alternance. "Chaque matin, je me lève, je travaille et je gagne un peu d'argent. Je fais ma vie."

Pour sa peinture, il regarde autour de lui et s'inspire beaucoup de la nature. Les paysages qu'il peint rassemblent le désert et la campagne luxuriante avec la mer des côtes bretonnes. . "C'est parce que la vie peut changer. Il y a des endroits verts qui peuvent ensuite devenir le désert. " Une image du long voyage qu'est déjà sa vie ?

Ses personnages, il les invente. "Cela dépend de mes émotions. Parfois je suis content, d'autre fois, non. La solitude, c'est difficile. Ma famille, mes amis me manquent. La peinture me fait oublier. J'aime regarder le travail des artistes, cela m'aide comme la solidarité des gens d'ici. " 

Texte et photos : Marie-Anne Divet




Pourquoi ce blog
Michel Rouger
Comme Ulysse, ils et elles ont fait un long et douloureux voyage. Ils sont jeunes et ils ont une sacrée expérience de la vie. Ils se posent des questions et ont des rêves… enfin pas trop, car ils n’ont pas le choix, ils doivent aller de l’avant pour faire leur trou en France. Ils ont la crainte de ne pas savoir faire et l’espoir d’y arriver un jour.
Diogo, Mamadou, Abdul, Fatima, Abbas et les autres vous souhaitent la bienvenue dans toutes les langues et vous convient à découvrir qui ils sont et ce qu’ils font.










Partager ce site