Le but de ce blog est de vous présenter régulièrement des artistes dans tous les genres, au fil de mes découvertes ou de mes envies, sans dépendre de l’actualité. Le seul critère de choix est que leur travail me plaise. Christophe Lemoine

Source de photographie.com
La POM – Petite Œuvre Multimédia – « M’aime pas peur » est une production de deux minutes, résultant d’un travail de deux ans. Après avoir été tireur noir et blanc pendant 6 ans, puis au quotidien Libération en tant que tireur, Elisabeth Schneider commence une formation en photojournalisme au cours de laquelle elle fait son travail sur Brigitte, une femme atteinte de sclérose en plaque.


Sans une trop grande préparation préalable, Elisabeth Schneider dissocie le moment de la prise de vue et celui du son. Pourtant bien que ce dernier est lieu en aval des prises de vue, il est constitutif du travail car la parole de Brigitte – unique bande-son de la POM – permet à Schneider de ramener les images dans la réalité, ou plus encore dans l’expérience de la personne photographiée. Plus que l’image, le son fait acte de présence et inscrit le travail de Schneider dans le témoignage. Le photographe réadopte ici une position de passeur.

Volontairement, Elisabeth Schneider a souhaité que certaines images soient très descriptives arguant ainsi son refus de l’image choc et sa volonté d’incorporer des images de liaison qui permettent d’avancer et d’écrire une narration.

Cherchant à faire une POM « coup de poing » selon ses termes, Elisabeth Schneider a désiré condenser et déstructurer son travail, allant jusqu’à casser la bande sonore. Le montage s’est largement focalisé sur la question du rythme parfois stroboscopique du passage des images. Sur les conseils de ses formateurs, elle a évité le plus possible le fond enchaîné – un seul est présent durant les deux minutes – et l’a remplacé par des cuts. Ce montage cherche à reproduire visuellement l’expérience de Brigitte et à offrir un visuel proche des sensations physiques qu’elle peut ressentir telle la tension. La bande-son reprenant simplement la voix hachurée et la diction parfois difficile et douloureuse de Brigitte se cale sur le rythme cardiaque et permet de faire écho aux respirations et au silence qu’impose la maladie.

Anaïs Feyeux photographie.com


Un blog

Profil
Christophe Lemoine
Marie-Anne Divet

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Cette semaine sur Histoires Ordinaires
Archives
Galerie
Liste de liens