Vu, lu, entendu... Europe

04/04/2013

Voyage dans une Espagne en crise




Emmanuel Razavi et Alain Buu en reportage
Emmanuel Razavi et Alain Buu en reportage

Sur les pas de Joseph Kessel

En novembre 1938, l’écrivain Joseph Kessel et le photographe Jean Moral traversaient l’Espagne en pleine guerre civile. Ils tirèrent de leur périple une série de reportages qui devait fixer l’histoire de ce pays après deux ans et demi de luttes fratricides.

73 ans plus tard, 2 journalistes, Emmanuel Razavi et Alain Buu, se sont librement inspirés du voyage de leurs illustres prédécesseurs. Mais cette fois, ils ont passé la frontière afin de voir comment les espagnols vivent la crise économique commencé il y a quatre ans. Leur périple les a conduits du Nord au sud du Pays. Durant trois semaines, ils ont ainsi parcouru plus de 1500 kilomètres à travers un pays en proie à une crise à l’image de celle qui touche une grande partie de l’Europe.

Un webdocumentaire

Autres temps autres médias. Les auteurs diffusent leurs reportages sous forme d’un web-documentaire photos et vidéos que l’on feuillette virtuellement comme un carnet de voyage.
 
Loin des webdocumentaires qui cherchent la prouesse graphique et technologique souvent au détriment du contenu et de la lisibilité, Emmanuel Razavi et Alain Buu ont choisi un forme épurée, efficace : 5 vidéos reportages de 2 à 5 minutes (un par étape) , accompagnés de photos. Une page pour en savoir plus, grâce à un court film d’animation sur les causes de la crise et des références bibliographiques.
 

Un financement "par la foule"

Journalistes et photographes indépendants, ils ont obtenu le financement de leur projet au moyen du crowdfounding (1)
( financement par la foule) sur la plateforme KissKissBankBank. Quarante six KisskissBankers ont « investi » ensemble 6000 €uros, somme nécessaire au défraiement des deux voyageurs reporters et à la rémunération des techniciens de post production qui ont assuré le montage et la mise en ligne du web reportage.

Deux journalistes indépendants

Alain Buu, 51 ans, est grand reporter-photographe.
Il passe son enfance entre le Vietnam et la France. En 1975, il fait partie des boat-people qui fuient les bouleversements secouant alors l’Asie du sud-est. Il trouve asile en France aux côtés de sa famille. Intégrant la prestigieuse agence Gamma en 1989, il acquiert ses galons de grand reporter sur le terrain de l’actualité. Depuis 2004, c’est en photographe indépendant qu’il choisit de s’exprimer afin de mener à bien un travail plus personnel et plus approfondi sur des sujets qui lui tiennent à cœur et qui sont largement diffusés à travers le monde.

Emmanuel Razavi, 42 ans, est grand-reporter.
D’origine iranienne, il a sillonné le Moyen-Orient en tant qu’envoyé spécial pour le compte d’agences de presse internationales et de rédactions telles Arte Reportage, M6, Radio Canada, France 24, Le Figaro Magazine, Paris Match, VSD, le Spectacle du Monde et Valeurs Actuelles. Il a été nominé au prix Bayeux des correspondants de guerre en 2004 pour le reportage Afghanistan : Des français sur la piste de Ben Laden, publié par le magazine Paris Match. Il est également auteur de plusieurs documentaires d’actualité ayant pour thème le Moyen-Orient, parmi lesquels le très remarqué « Ben Laden : les ratés d’une traque », diffusé dans de nombreux pays. Il a également publié plusieurs livres. Il est aujourd’hui au Qatar où il dirige la rédaction de la chaine de TV nationale.

(1) - Le Crowdfunding est une approche permettant le financement de projets en faisant appel à un grand nombre de personnes ordinaires (internautes, réseaux de contact, amis, etc.) pour faire de petits investissements. Une fois cumulés, ces investissements permettront de financer des projets qui auraient potentiellement eu de la difficulté à recevoir un financement traditionnel (banques, investisseurs, etc.). Grâce aux réseaux sociaux et aux communautés en ligne, il devient aujourd’hui facile et peu coûteux de rejoindre un grand nombre de personnes potentiellement intéressées à soutenir des projets.
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires