Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

27/04/2012

Ushahidi, l'info des sans voix en temps réel




Permettre à tous les citoyens, aux sans voix, de s'exprimer en temps réel lors de catastrophes, d'élections, ou bien pour des enquêtes : cet usage citoyen et populaire d'Internet a un nom, Ushahidi, « témoignage » en swahili. L'idée, en effet, vient d'Afrique.

Le logiciel libre a été créé en 2008 par une avocate kenyane, Ory Okolloh, pour faire remonter les informations sur les violences qui ont suivi cette année-là les élections au Kenya. Tout un chacun a pu transmettre ce qu'il voyait via SMS, e-mail ou web, les données collectées étant ensuite présentées sur une carte.

Depuis, Ushahidi a été utilisé sur tous les continents. Il s'est fait connaître notamment lors du tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010. Une ONG américaine y a recours pour tenter de faire connaître les violences sexuelles générées par le conflit en Syrie. En mai 2012, il va être utilisé pour les élections en Arménie... 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono