21/04/2020

Sur France Culture, les murs ont la parole


Entendu ce 21 avril sur France Culture, à 8h50, "Les murs ont la parole" de Mathilde Serrell : "Durant cette période de confinement, plus que jamais, virtuels ou réels, les murs ont la parole."


Mur de Montreuil (photo : Catherine Dalichoux)
Mur de Montreuil (photo : Catherine Dalichoux)
"Je songe parfois à l'infinité de textes, d'images, de documents et d'archives que consulteront les historiens de demain quand ils se pencheront sur la crise que nous traversons et sur ce que ces matériaux leur révèleront de nous." Mathilde Serrell évoque sur France Culture, ce 21 avril, dans son billet matinal de l'émission "Les murs ont la parole", les nombreux défis auxquels se livrent actuellement aux quatre coins de la planète, les internautes confinés, dont plusieurs sont devenus des phénomènes planétaires. "Aux côtés de l'économie et de la santé, l'art et la culture ne sont pas à négliger".

 


 

Elle évoque l'appel lancé par la sociologue Sarah Gensburger, spécialisée dans la sociologie de la mémoire et appropriations sociales du passé,  "cette notion de trace à l'adresse du futur : elle invite avec "Vitrines en confinement" à photographier les annonces, affichettes et pancartes, croisées sur les façades, portes et devantures, lors de vos brèves sorties : "Celles-ci témoigneront de la façon dont nous avons vécu le confinement. Plus que jamais, virtuels ou réels, les murs ont la parole." Rappelons que Catherine Dalichoux, confinée à Montreuil en Seine-Saint-Denis, nous transmet chaque jour ses "vues d'une cité endormie" que nous publions sur le site.

T.R.
PHOTOS : Catherine Dalichoux

Sarah Gensburger est chargée de recherche au CNRS depuis 2010. Elle travaille au croisement de la sociologie, de la science politique et de l’histoire. Depuis 2018, elle est directrice adjointe de l’ISP, Institut des sciences sociales du politique.
Ou sur twitter avec le #VitrinesEnConfinement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique






Le billet de la semaine

Palestine


Notre "guerre" contre le virus et notre couvre-feu apparaissent ô combien ridicules aujourd’hui devant le deuil, la colère et la peur qui envahissent de nouveau la Palestine. A Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem mais aussi cette fois dans les villes israéliennes. De guerre lasse comme l’on dit, l’opinion mondiale avait fini par se détourner du drame des Palestiniens. Les démocraties européennes fermaient les yeux sur une colonisation toujours plus agressive, un apartheid sans complexe, la dérive dans les deux camps de pouvoirs corrompus, l’enracinement d’une extrême droite israélienne jeune et provocatrice. L’Europe ne devrait pourtant jamais oublier que la confrontation qui continue sans fin d’ensanglanter la Palestine est née surtout de son propre passé antisémite et colonial.

Michel Rouger
20210513_palestine.mp3 20210513 Palestine.mp3  (936.86 Ko)


12/05/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires