Vu, lu, entendu...

03/11/2012

Retour sur le drame des Harkis



En 1975, dans le département du Gard, quatre hommes cagoulés et armés entrent dans la mairie de Sant-Laurent-des-Arbres et menacent de tout faire sauter. Leur revendication : fermer le camp des harkis installé tout près de là, à Saint-Maurice-l'Ardoise, où « vivent » derrière miradors et barbelés quelque 1200 harkis et leurs familles depuis la fin de la guerre d'Algérie treize ans plus tôt. Au bout de 24 heures, ils obtiennent gain de cause.

Dans ce film, Anne Gromaire et Jean-Claude Honnorat reviennent sur l'évènement et sur le scandale des camps de harkis en compagnie de Hocine, l'un des quatre hommes, qui s'est décidé à parler 35 ans après. D'autres personnnes, des hommes et des femmes qui ont connu ce camp, témoignent aussi. À travers le nécessaire travail de mémoire, Harkis, les camps de la honte offre l'occasion d'approfondir et de comprendre le drame des harkis dans toute sa complexité et de les libérer de l'image de  « traîtres ». 
 







Le billet de la semaine

​Séparatisme


Séparez les ! Avec le projet de loi contre le séparatisme arrivé lundi devant les députés, le pays de la laïcité est reparti depuis l'automne dans une guerre des religions, son démon favori, sachant que le camp ultra-laïque a lui aussi ses dogmes, ses clercs et ses inquisiteurs. C'est surtout lui qui exhale chaque semaine un peu plus une désagréable odeur d'intolérance, celle qui nourrit les extrémismes que l'on prétend combattre, cette fois l'islamisme radical. Certaines attaques rappellent les vieilles outrances. Le ministre Blanquer accuse les universités d'islamo-gauchisme comme Clémenceau traitait Briand et Jaurès de « socialos-papalins ». Heureusement, en 1905, les deux grands négociateurs et pacificateurs ont gagné la bataille, celle de la liberté. Pas facile d'être à leur hauteur, plus simple de rester à celle d'un Sarkozy. 

Michel Rouger
separatisme.mp3 Séparatisme.mp3  (1.45 Mo)


19/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires