Vu, lu, entendu... Palestine

19/09/2013

Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après



Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après
Le 13 septembre 1993, Yasser Arafat, le leader palestinien, et Ytzhak Rabin, le Premier ministre israélien, se serraient la main. L'image, restée historique, concluait les fameux accords d'Oslo. Ceux-ci symbolisent toujours l'espoir de paix, un espoir qui n'a cessé de fuir. Quelle est la situation vingt ans plus tard dans les Territoires Occupés ? Le photographe Cédric Gerbehaye et la journaliste Eve Sabbagh se sont rendus sur les lieux, au plus près de la population, et viennent de réaliser un webdocumentaire de 20 mn, Broken Hopes, produit par Action contre la Faim, l’agence VU' et Darjeeling.

 Le webdocumentaire s'attarde sur « la fragmentation du territoire palestinien occupé, en particulier en Cisjordanie, et aux nombreux cloisonnements et restrictions imposés aux Palestiniens depuis Oslo : la mise en place des check-points, la fermeture de Jérusalem, la poursuite de la colonisation, la construction du mur de séparation… Autant de restrictions qui entravent l’accès des Palestiniens à leurs champs et pâturages, à l’eau, aux services de base, aux marchés pour les produits agricoles, à la famille et plus globalement aux liens sociaux. »   





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires