Vu, lu, entendu... Europe

« No es una crisis ! », un webdoc sur l'Espagne


03/10/2013




« No es una crisis ! », un webdoc sur l'Espagne
Pour saisir les causes de la catastrophe économique et humaine de l'Espagne et découvrir les résistances qui se sont organisées à travers le pays depuis deux ans, il faut voir le webdocumentaire « No es una crisis ! » réalisé par  Fabien Benoit, journaliste, et Julien Malassigné, documentariste. 
 
Les deux Français sont d'abord partis à Madrid, en 2011, à la rencontre des « Indignés » de la Puerta del Sol, et ils sont retournés un an plus tard pour observer « la violence des politiques de rigueur ». Quatre chapitres rythment le webdocumentaire : « Mirage », « Saccage », « Révolte », « No Future ». Dans chacun d'eux, témoignages, archives et analyses permettent de comprendre, en remontant jusqu'à la fin de la dictature il y a bientôt quarante ans, ce qui arrive aux Espagnols. 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Le couple diabolique

Increvables, le néolibéralisme et le vieux nationalisme dansent ensemble en Europe depuis trente ans. Le premier précarise les salariés, impose de nouveaux servages, oppose l'individu au collectif et le consommateur au citoyen, dérègle le climat et empoisonne le vivant : c'est tout bénéficie pour le second qui exploite le désarroi, racornit les esprits, vend ses mensonges et illusions. Aujourd'hui, le couple, décidé à régner encore plus sur le Vieux Continent, tente une nouvelle escroquerie aux élections européennes du 26 mai :  faire croire que seul l'un peut stopper l'autre. Contre la liste Le Pen, votez Macron. Contre la liste Macron, votez Le Pen. C'est tragique. Et absurde : la majorité au Parlement européen va se jouer comme d'habitude entre la droite  et la gauche. Pour les électeurs, par exemple, qui ont envie d'une Europe sociale, écologique et démocratique, il est nécessaire de faire passer le maximum de listes de gauche au-dessus de 5%, le seuil pour avoir des députés. Nécessaire de voter pour freiner, sinon stopper, le duo diabolique.  

Michel Rouger

16/05/2019

Nono