Vu, lu, entendu...

Les « artisans de la vie » du TéATr 'éPROUVèTe


15/12/2011



Les « artisans de la vie » du TéATr 'éPROUVèTe
« Le TéATréPROUVèTe a poussé son premier cri en 1982 avec la volonté déjà affirmée de se mêler de ce qui ne le regarde pas car "l'art n'aime pas les lits qu'on lui prépare" Une équipe faite d'artisans de la vie en commun plutôt que de comédiens, administrateurs, directeurs artistiques, régisseurs en tout genre. »
 
L' équipe est installée à l'abbaye de du Jouïr en Corbigny (1800 habitants ) dans la Nièvre. Depuis plus de 10 ans, le TéATréPROUVèTe pratique « un théâtre sans H », un théâtre qui descend de sa hauteur pour prendre en compte le quotidien et la proximité car « ce qui fait la richesse d'un terrritoire ou d'un quartier, ce sont d'abord les gens qui y habitent dans leur capacité à être, à penser, à prendre la parole, à faire des choix et non les objets qu'on y dépose. »

Un « service gratuit de livraison artistique... »

Résolument implanté dans l'espace social, le TéATréPROUVèTe, autant dans sa démarche que dans sa production artistique, aide les spectateurs à rendre visibles les questions de notre société, à les rendre acteurs, eux qui sont souvent au centre du problème. Associés à des artistes, professionnels de l'imaginaire et de l'expression, le spectateur, acteur de son quotidien, devient à son tour producteur de sa « vison du monde »
 
Et elles sont riches les visions du monde des habitants de la Nièvre, tellement qu'il y a une université, l'Université des Bistrots « gratuite même pour les riches », avec ses cours, sa bibliothèque et ses éditions. C'est aussi le laboratoire de recherche multimédia pour personnes âgées, le « service gratuit de livraison artistique, culturelle, poétique et même plus.... »
 
Pour retrouver le théâtre dans toute sa richesse : www.theatreprouvette.fr





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​So frenglish, n'est-il pas ?

My God ! Pas de Digital Tech Conference, pour moi, ce 30 novembre à Rennes. J'ai zappé Book your pass ! Le Pass XL pour le cocktail VIP, bof. C'est surtout que je loupe les battles d'une trentaine de speakers sur les sujets les plus hype du numérique : côté DigitalFood, l'arrivée de la food robolution et plus encore côté DigitalLove cette question stimulante : "Est-ce que les innovations du type sex dolls et sex robots sont réellement le futur du sexe ?"  Avec la coordinatrice du SexTechLab, premier hackaton sextech organisé à Paris l'an dernier. Moi qui me rêvais un peu in, me voilà out, exclu, sans avenir, à la porte du nouveau monde américain, condamné à parler, m'habiller, manger, penser français comme d'autres hier breton, berbère ou wolof. Condamné, pour oublier, à écouter  un disque inusable de Boris Vian. 

Michel Rouger

29/11/2018

Nono