15/12/2011

Les « artisans de la vie » du TéATr 'éPROUVèTe



Les « artisans de la vie » du TéATr 'éPROUVèTe
« Le TéATréPROUVèTe a poussé son premier cri en 1982 avec la volonté déjà affirmée de se mêler de ce qui ne le regarde pas car "l'art n'aime pas les lits qu'on lui prépare" Une équipe faite d'artisans de la vie en commun plutôt que de comédiens, administrateurs, directeurs artistiques, régisseurs en tout genre. »
 
L' équipe est installée à l'abbaye de du Jouïr en Corbigny (1800 habitants ) dans la Nièvre. Depuis plus de 10 ans, le TéATréPROUVèTe pratique « un théâtre sans H », un théâtre qui descend de sa hauteur pour prendre en compte le quotidien et la proximité car « ce qui fait la richesse d'un terrritoire ou d'un quartier, ce sont d'abord les gens qui y habitent dans leur capacité à être, à penser, à prendre la parole, à faire des choix et non les objets qu'on y dépose. »

Un « service gratuit de livraison artistique... »

Résolument implanté dans l'espace social, le TéATréPROUVèTe, autant dans sa démarche que dans sa production artistique, aide les spectateurs à rendre visibles les questions de notre société, à les rendre acteurs, eux qui sont souvent au centre du problème. Associés à des artistes, professionnels de l'imaginaire et de l'expression, le spectateur, acteur de son quotidien, devient à son tour producteur de sa « vison du monde »
 
Et elles sont riches les visions du monde des habitants de la Nièvre, tellement qu'il y a une université, l'Université des Bistrots « gratuite même pour les riches », avec ses cours, sa bibliothèque et ses éditions. C'est aussi le laboratoire de recherche multimédia pour personnes âgées, le « service gratuit de livraison artistique, culturelle, poétique et même plus.... »
 
Pour retrouver le théâtre dans toute sa richesse : www.theatreprouvette.fr







Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires