(Dé ?)confiné·e·s

30/04/2020

Le chant "Bella Ciao" à midi aux balcons : Un "1er mai confiné mais pas silencieux"



Vingt-cinq organisations environnementales, sociales et syndicales  appellent à une manifestation du 1er mai adaptée au confinement :

"Rendez-vous à 12h à vos fenêtres/balcons pour chanter tou·te·s ensemble Bella Ciao, en l’honneur des travailleurs et travailleuses en première ligne pendant cette crise sanitaire, et à toutes celles et ceux qui œuvrent pour une société soutenable et juste !

Complétez sur une pancarte la phrase ‘Pour le Jour d’Après, je veux….’, prenez-vous en photo ou vidéo puis les poster sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #PourLeJourDapres et #PlusQueJamaisLe1erMai avec le lien de la pétition ‘Pour le Jour d’Après’

Cette mobilisation vise à montrer que "les questions d’emplois et de climat doivent être liées pour faire naître une société égalitaire, écologique et sociale."

Voir l'appel sur le site d'Alternatiba et la déclaration commune ci-dessous en PDF.

Le chant "Bella Ciao" : une grande histoire populaire

Aujourd'hui pour l'inédit 1er mai 2020, ces derniers mois dans les manifestations des "sardines" en Italie ou des "gilets jaunes" et leur "Macron ciao"... Depuis très longtemps, dans l'histoire populaire, le chant "Bella Ciao" est au tout premier rang. En janvier dernier, France Culture a tenté de reconstituer ses origines : elles "restent floues, mélangeant faits historiques et légendes urbaines."  Mais "Bella Ciao" fera toujours vibrer les peuples de gauche...

Voir l'article, accompagné de deux autres vidéos, de France Culture




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires