Vu, lu, entendu... Europe

Kadir, le "kurde breton", du fond de sa prison...


28/06/2012



Kadir, le "kurde breton", du fond de sa prison...
À la veille de ce nouvel été, de nombreux innocents croupissent en prison. Kadir est de ceux-là, comme beaucoup de ses amis kurdes dans les geôles de Turquie. Abdulkadir Dilsiz a été interpellé le 4 janvier 2008 puis torturé, incarcéré, jugé et condamné le 2 octobre 2009 à treize années de prison. Sa « faute » qui, bien sûr, n'est qu'un prétexte : « avoir travaillé quelques mois à ROJ TV, cette télévision kurde en exil, émettant depuis le Danemark, qui énerve tant la Turquie » expliquent les Amitiés kurdes de Bretagne.

 Kadir, militant des droits humains et de la cause kurde, est connu en Bretagne où il a résidé et milité. Il a ainsi participé, en tant que traducteur, au film " Un hiver à Istanbul"  qui raconte l’histoire de prisonniers politiques en grève de la faim contre l’isolement cellulaire... Les Amitiés Kurdes de Bretagne invitent à lui écrire.








Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono