Vu, lu, entendu... Europe

15/05/2013

Jeune, diplômée, corvéable à merci, à Berlin


Lu sur rue 89, un témoignage édifiant d'une jeune Française, Mathilde Ramadier, qui parle de son expérience du système allemand. « ll faudrait que l’Allemagne cesse d’être un modèle économique parce que le droit du travail est loin d’y être irréprochable », avance-t-elle.


Jeune, diplômée, corvéable à merci, à Berlin
Mathilde a 25 ans et vit à Berlin depuis la fin de ses études. Formée dans des écoles prestigieuses  - l'Ecole Normale Supérieure et à l'Ecole des hautes études en sciences sociale (EHESS) - elle offre une double compétence acquise à l'issue d'un master de philosophie et d'une formation technique de trois ans de graphiste.
 
Son profil intéresse au plus haut point les start up de l'industrie culturelle et elle n'a pas de mal à trouver des emplois passionnants, très qualifiés mais très peu, voire pas payés : stagiaire non indemnisée, travailleuse indépendante rémunérée 500 € brut et devant payer elle-même.
 
Découvrez ce qui se passe à Berlin, au cœur de l'Europe, ICI, sur Rue89  .









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires