Vu, lu, entendu...

06/07/2011

Faire pousser une ferme près de chez vous




« Comment contribuer à une nouvelle façon de penser la terre ? » La question, qui taraude des paysans comme Rémi Serres, est posée par René Becker, un des membres fondateurs de « Terre de Liens ». Et elle résonne de plus en plus fort quand on voit l’achat éhonté des terres africaines par les multinationales ou la désertification rurale de notre pays faute, pour beaucoup de jeunes, de pouvoir s'installer.

Il y a urgence à trouver des réponses qui nous concernent en tant que citoyen et consommateur. Et 
« Terre de liens  » en est une. Cette association agit concrètement depuis 2003 pour l’installation et le maintien de lieux agricoles biologiques et donne une chance à des porteurs de projet d’accéder à la terre, de maintenir les fermes existantes et ainsi de favoriser la transmission.

Terre de liens donne aussi à chacun de nous la possibilité d’exercer sa responsabilité sur l’usage qu’il est fait de son territoire. Une invitation via la Foncière de Terre de Liens à acheter de la terre de façon collective et solidaire : c’est l’objectif de l’opération « Faire pousser une ferme près de chez vous »

Parmi les témoignages recueillis sur le site, celle de Colette : « Sur cette planète qui marche sur la tête, j'ai rencontré des personnes assez créatives et audacieuses pour envisager d'acheter collectivement des terres et permettre à des gens des villes de rencontrer des gens des champs… qui maintenant s'organisent, échangent, construisent, épargnent ensemble. Des paysans peuvent aujourd'hui accéder à la terre sans s'endetter. »

Autres témoignages (vidéos)

Voir aussi la coopérative de finances soildaires, la Nef
 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono