Vu, lu, entendu... Europe

Europe sociale : du travail des enfants aux drames paysans


26/04/2012



Photo Mario Spada/prospekt - Le Monde
Photo Mario Spada/prospekt - Le Monde
À Naples, ville parmi les plus pauvres d’Europe, des milliers d’enfants quittent l’école pour aider leurs parents à joindre les deux bouts. Ils font des petits boulots au noir ou sont recrutés par la mafia pour ses basses oeuvres. Un phénomène que la crise a accentué. Un reportage du journal Le Monde repris sur presseurop



Photo Anaëlle Verzaux
Photo Anaëlle Verzaux
Pendant ce temps, en Andalousie, des paysans occupent des terres pour « survivre ». La grande région du sud de l'Espagne,  (8 millions d’habitants, 30% de chômage), a vu réapparaître cette lutte historique du monde hispanique à l'initiative du  Syndicat andalou d’ouvriers agricoles (SOC). Dans l'Andalousie du XXI° siècle, dans la grande tradition des latifundios, 2% des propriétaires possèdent toujours 50% des terres... Un reportage à lire sur Rue89





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Mars 2015 - 16:46 Aidons les Grecs, de peuple à peuple



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Coucou

« Je suis là ! » François Hollande, le retour. Un bon quart d'heure sur France 2 mardi pour confondre ses détracteurs. Comme Nicolas Sarkozy, accueilli par TF1 le 22 mars pour vilipender ses accusateurs. Comme Emmanuel Macron, reçu ce 12 avril aussi sur TF1 par JPP, le passe plats du terroir, pour enrayer la protestation sociale. Les télés de la V° République aiment beaucoup servir sur leurs plateaux les plans com' des présidents... Donc François Hollande est de nouveau là, entre les deux autres. Il nous fait de grands signes. Il existe. Il a même noirci 288 pages sur « Les leçons du pouvoir ». Des leçons pour son successeur. pas pour lui. Des leçons pour nous. Dont une, vieille comme le monde mais prodigieusement confirmée  : un leader politique, eût-il laissé en ruines le parti qui lui avait offert la victoire et tous les pouvoirs, eût-il été le plus impopulaire des présidents, ne se rend jamais. Même pas à l'évidence. 

Michel Rouger

11/04/2018

Nono