Vu, lu, entendu... Europe

Europe sociale : du travail des enfants aux drames paysans


26/04/2012



Photo Mario Spada/prospekt - Le Monde
Photo Mario Spada/prospekt - Le Monde
À Naples, ville parmi les plus pauvres d’Europe, des milliers d’enfants quittent l’école pour aider leurs parents à joindre les deux bouts. Ils font des petits boulots au noir ou sont recrutés par la mafia pour ses basses oeuvres. Un phénomène que la crise a accentué. Un reportage du journal Le Monde repris sur presseurop



Photo Anaëlle Verzaux
Photo Anaëlle Verzaux
Pendant ce temps, en Andalousie, des paysans occupent des terres pour « survivre ». La grande région du sud de l'Espagne,  (8 millions d’habitants, 30% de chômage), a vu réapparaître cette lutte historique du monde hispanique à l'initiative du  Syndicat andalou d’ouvriers agricoles (SOC). Dans l'Andalousie du XXI° siècle, dans la grande tradition des latifundios, 2% des propriétaires possèdent toujours 50% des terres... Un reportage à lire sur Rue89





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Mars 2015 - 16:46 Aidons les Grecs, de peuple à peuple



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Le changement

Le président français a donné le ton de la rentrée le 29 août au Danemark en daubant sur « les Gaulois réfractaires au changement. » Tollé ! Il y a pourtant du vrai. L'été a été celui du vieux monde : une brute à l'Élysée telle une barbouze gaulliste, un pote écrivain nommé consul, deux ministres peu exemplaires... Plus que tout, le ministre emblématique du changement a craqué, épuisé par l'habituelle trahison des promesses et le triomphe des lobbys, achevé par celui très vieille France des chasseurs. Un carriériste chevronné, as du classique retournement de veste, le remplace. Peut ainsi continuer sans frein la politique très fin de XXe siècle sans cesse rebattue qui dégrade la Planète, s'en prend aux droits des salariés, des retraités, des secourus pour engraisser les actionnaires. Aggrave les inégalités, mine peu à peu la société. Chante la Réforme pour donner le change, ne pas changer ni de voie ni la vie.  Il y a bel et bien des « Gaulois réfractaires au changement » : ils sont au pouvoir. 

Michel Rouger

06/09/2018

Nono