01/09/2014

En Europe, la liquidation du patrimoine en marche



Braderie de forêts, vente à la découpe de montagnes, privatisation du patrimoine de l’Antiquité. Cela pourrait être un canular. Et pourtant, l’enquête Europe à vendre, diffusée sur Arte le 26 août et visible sur internet jusqu’à jeudi, multiplie ces exemples de (tentative de) privatisation des biens publics par les municipalités, les régions, les Etats. Des biens dont la liste circule sur le web.
 
A qui appartient ce patrimoine culturel, naturel ou urbain commun à l’Humanité ? Les accès aux forêts domaniales, parcs, massifs montagneux, vestiges de pierre antiques seront-ils bientôt tous interdits au public… ou payants ?
 
En Irlande, en Allemagne, en Grèce et ailleurs, des citoyens se révoltent contre cette liquidation. Résistances fragiles face aux puissances du marché. Parce que, met en garde la Woodland league irlandaise, « ne pas avoir accès à la terre, c’est être esclave. »








Le billet de la semaine

​Libertés


Combien de Françaises et de Français dans la rue, samedi, pour la marche des libertés contre les idées d’extrême-droite ? Beaucoup, c’est à espérer. Depuis des années, le poison pénètre lentement la société, se niche dans les frustrations, se banalise. La télé Bolloré en fait son fiel, des politiciens leur miel électoral. Logiquement, les interdits ont commencé à céder. Le facho s’affiche. Les groupes identitaires essaiment. Un hurluberlu sorti du Moyen-Âge gifle le Président élu. Ceux-là peuvent s’éclater dans un an, au soir de la Présidentielle, profitant d’une double chance :  l’abstention et les divisions qui opposent les diverses chapelles de la gauche. Il y a là des baffes – symboliques – qui se perdent.  

Michel Rouger
20210610_libertes.mp3 20210610 libertés.mp3  (859.72 Ko)


10/06/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires