Confinés

Dans le confinement, restons groupés !


21/03/2020

Dans le confinement, restons groupés ! C’est le message que nous adresse Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS, dans son éditorial du 18 mars, sur le site du Labo de l'ESS.




LU sur le site du Labo de l’ESS
 
« Vivre et résister, c’est montrer qu’au contraire du repli, de l’égoïsme, du chacun pour soi, le confinement physique va de pair avec le souci de l’autre, l’esprit collectif, l’exercice de ses responsabilités sociétales. » Le Labo de l’ESS est un « think tank », lieu d’échanges et de coopérations, qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires. Depuis son origine, Hugues Sibille, aux côtés de son fondateur Claude Alphandéry, aujourd’hui président d’honneur, y défend les valeurs de l’économie sociale et solidaire.
 
Dans les maquis confinés, les résistants préparent l’après-guerre
 
Le président Macron parle de guerre. Hugues Sibille parle de Résistance : « Dans les maquis confinés, les résistants préparaient l’après-guerre, inventaient le programme du Conseil national de la résistance. » Il nous invite surtout ardemment à penser le « jour d’après » : « Proposons un autre Récit et les transformations concrètes qui l’incarnent. Le Coronavirus doit être aussi une pédagogie d’autres menaces et dérèglements qui sont devant nous. Ce que l’ESS porte depuis des années (coopération, solidarité, absence d’esprit de lucre, responsabilité...), résonne comme jamais : dans les interventions récentes des uns et des autres, y compris au sommet de l’État ou de l’Europe, on sent une brèche. C’est le moment de dire « chiche » haut et fort. »
 
Agir en solidarité, imaginer de nouvelles résiliences collectives
 
Cet avenir (à-venir) peut, pour le Labo de l’ESS s’inventer autour de deux types de démarches. Celle d’abord de la « précaution civique », indispensable pour les semaines à venir et une solidarité active avec tous les acteurs de santé et de l’ESS impliqués au quotidien dans la résistance sanitaire comme les ehpad, les établissements de soin, les services d’aide et de maintien à domicile. C’est aussi le temps d’imaginer « de nouvelles résiliences collectives ». « Jamais, conclut Hugues Sibille, nous n’avons eu autant besoin d’utopies maîtrisées. Dans le confinement, restons groupés ! »

T.R.
 
LIRE ICI





Le billet de la semaine

L'oiseau

Dans sa cage, l’homme regarde l’oiseau. Et l’oiseau regarde l’homme. Soudain, l’oiseau s’envole. Il file vers la plage, se pose à un mètre d’un CRS qui contemple la mer, guette un confiné évadé ou songe aux Gilets Jaunes qu’il blessait l’an dernier. L’oiseau reprend son vol. Il voit l’agitation aux portes de l’hôpital, une soignante adossée au mur, épuisée, accablée. Aperçoit dans les rues vides un livreur, des éboueurs, une caissière derrière une vitre, un petit peuple qui assure la survie. Il survole des cages avec de grands jardins et d’autres empilées, entassées. Curieux humains qui s’accommodent des inégalités et font preuve de solidarités. Puis il croise d’autres oiseaux. Ils chantent de nouveau dans la ville. Une femme à son balcon les observe et sourit, protectrice. L’oiseau revient. Il retrouve l’homme dans sa cage. « Alors ? », demande l’homme. « Il faut tout changer », répond l’oiseau. L’homme se lève enfin : «  Oui, on va tout changer. »

Michel Rouger

26/03/2020

Nono

Newsletter