Vu, lu, entendu...

02/08/2012

Alternatives locales : l' « Alter-Tour 2012 » se poursuit




Alternatives locales : l' « Alter-Tour 2012  » se poursuit
Jusqu'au 19 août, l' « Alter-Tour 2012  » se poursuit à travers le Sud-Ouest. La manifestation, qui en est à sa cinquième édition, se présente comme « un parcours cycliste autogéré en relais partant à la découverte des alternatives régionales ». 

C’est « un espace de rencontre, de débats, ouvert à tous, visant à promouvoir la réflexion, les échanges de connaissances et d'expériences militantes, les témoignages de résistance non-violente.  Il fédère les personnes et les mouvements qui s'opposent à l'esprit de compétition, et dénoncent le dopage sous toutes ses formes, notamment dans l’agriculture et l’économie concurrentielle. »

Les « non-concurrents » à vélo ont commencé par le Festival Résistances de Foix, sont passés par exemple au Pot éthique de Burlat,  au Jardin des funambules de Milhars, ont visité Aria Énergies à Castanet, puis des éleveurs bio, des éco-hameaux, le « tri-cycle enchanté » de Bourdeilles... L'épopée s'achèvera par les Phonies Bergères de Bedous, près d'Oloron-Sainte-Marie, dans les Pyrénées.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono