28/05/2020

Adoptez un geste solidaire pour les mal-voyants



Un article paru le 20 mai 2020 sur le site handicap.fr souligne combien il est difficile d'être aveugle en temps de pandémie. En effet, alors que la distanciation et l'absence de contacts physiques sont érigés en principes premiers, le non-voyant ne reçoit plus autant d'assistance de guidage dans les transports ou dans la rue. Par peur de la contamination ou par un respect trop strict des consignes sanitaires, la personne voyante rechigne désormais à proposer une aide physique ou à prêter son bras. Le déficient visuel, quant à lui, répugne à mettre sa main sur le coude de quelqu'un, à l'endroit préconisé pour la  toux et les éternuements.

La situation n'est pas mieux dans les magasins. Respecter les fléchages et la distance d'un mètre avec d'autres clients sont des actions irréalisables pour  le non-voyant. Les nouveaux circuits qui instaurent un sens de circulation le perdent, car cela ne correspond plus à ce qu'il avait mémorisé antérieurement. Et les courses, quand on ne peut pas toucher les produits, s'avèrent être mission impossible.

Pour toutes ces raisons, l'association Voir Ensemble a lancé une campagne sur les réseaux sociaux " pour sensibiliser le grand public à l'importance de l'aide qu'ils peuvent apporter aux aveugles et malvoyants même dans cette situation inédite ".

Cette campagne se décline en quatre axes :
1- Aide aux déplacements : lorsqu'on voit une personne avec une canne blanche, lui proposer une aide physique ou un guidage vocal.
2- Rompre l'isolement : prendre des nouvelles d'une personne déficiente visuelle. De fait, la pandémie qui demande à limiter les rencontres aggrave l'isolement des personnes en situation de handicap.
3- Aider pour les courses : proposer son aide pour décrire les produits.
4- " La solidarité est contagieuse "  : "le handicap visuel n'est pas contagieux, mais la solidarité oui"

Afin de ne pas freiner la liberté de circulation des personnes aveugles, l'association préconise également un accès facilité pour les déficients visuels aux VTC et taxis.

Et de conclure: "Pour l'après, refusons l'isolement et l'individualisme, adoptons des gestes solidaires" ... Si l'on pouvait voir ça tous ensemble !

Lydia Goubier



Nouveau commentaire :







Le billet de la semaine

Palestine


Notre "guerre" contre le virus et notre couvre-feu apparaissent ô combien ridicules aujourd’hui devant le deuil, la colère et la peur qui envahissent de nouveau la Palestine. A Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem mais aussi cette fois dans les villes israéliennes. De guerre lasse comme l’on dit, l’opinion mondiale avait fini par se détourner du drame des Palestiniens. Les démocraties européennes fermaient les yeux sur une colonisation toujours plus agressive, un apartheid sans complexe, la dérive dans les deux camps de pouvoirs corrompus, l’enracinement d’une extrême droite israélienne jeune et provocatrice. L’Europe ne devrait pourtant jamais oublier que la confrontation qui continue sans fin d’ensanglanter la Palestine est née surtout de son propre passé antisémite et colonial.

Michel Rouger
20210513_palestine.mp3 20210513 Palestine.mp3  (936.86 Ko)


12/05/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires