(Dé ?)confiné·e·s

12/04/2020

ATD-Quart Monde Brest : un "journal des confiné·es" et l'impossible "école à la maison"



ATD-Quart Monde Brest : un "journal des confiné·es" et l'impossible "école à la maison"
A Brest, les militants, en grande pauvreté, du Mouvement ATD Quart Monde, tiennent depuis le début du confinement, avec les "alliés" qui les accompagnent, un journal en ligne, « Le Journal des confiné.es » que l'on peut lire sur le site atd-lirecrire.infini.fr  animé par un atelier où des familles en situation de grande pauvreté peuvent s'exprimer et apprivoiser la culture numérique. Parmi les sujets évoqués, il y a bien sûr les difficultés de la scolarité à distance. 

Monique Argoualc'h co-anime l'atelier. Elle connaît bien les grandes inégalités de l'école. Ancienne enseignante en SEGPA, elle a, durant quinze ans en "classes relais", aidé à se construire des collégiens décrocheurs (voir notre reportage  réalisé en 2012). Sur cette scolarité à distance qui "s'impose de façon brutale et inadaptée", souligne ATD-Brest, Monique Argoualc'h a écrit un texte qui relaie les témoignages de familles, et "propose une analyse pertinente des inégalités révélées par cette impossible « école à la maison »". On peut le lire sur Bretagne Educative



Nouveau commentaire :







Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires