Le but de ce blog est de vous présenter régulièrement des artistes dans tous les genres, au fil de mes découvertes ou de mes envies, sans dépendre de l’actualité. Le seul critère de choix est que leur travail me plaise. Christophe Lemoine

Hommage à Sergio Larrain, photographe chilien
Né à Santiago du Chili en 1931, Sergio Larrain s'est éteint dans la nuit du 7 février dernier dans sa maison d'Ovalle (Chili) à l'âge de 81 ans. Musicien de formation, il découvre la photographie en 1949 et acquiert aux États-Unis un Leica IIIc. Sa carrière de photographe commence réellement en 1953, avec sa première exposition à Santiago sur sa série d'enfants vagabonds dans la capitale chilienne.
Il devient ensuite le photographe attitré du magazine brésilien O Cruzeiro. En 1956, il envoie un portfolio au Museum of Modern Art de New York qui lui achète deux photographies. Pour la petite histoire le chèque sera signé de la main d'Edward Steichen, alors curator au MOMA. 

En 1958, il reçoit une subvention du British Council qui lui permet de produire une série sur Londres. La même année, Henri Cartier-Bresson, après avoir découvert ses photographies d'enfants de rue, l'encourage à travailler pour Magnum. Sergio Larrain passe alors deux années à Paris où il travaille de manière régulière avec la presse européenne. Il sera un témoin privilégié du Saint Germain-des-Prés de cette époque.

Il devient associé de l'agence Magnum en 1959 et en 1961, membre à part entière.

En 1961, le poète chilien Pablo Neruda l'invite à photographier sa maison sur l'Isla Negra pour l'élaboration de l'ouvrage Una Casa en la aréna, collaboration qui s'étendra sur plusieurs années.

En 1968, se retire du monde suite à la rencontre avec le « gourou » bolivien Oscar Ichazo. Il renonce à la photographie et adopte un style de vie conforme à ses idéaux spirituels. Il publiera quelques ouvrages, mais restera toujours éloigné des médias.

Ses images reflètent une vision et une façon de photographier la rue, d'une autre époque, mais avec un vocabulaire photographique intemporel tant dans le cadrage que des sujets photographiés.

"Une bonne image résulte d'un état de grâce. La grâce s'exprime quand elle s'est libérée des conventions, comme un enfant qui découvre la réalité. Le jeu consiste alors à organiser le rectangle " Sergio Larrain.
Source http://www.focus-numerique.com/hommage-sergio-larrain-photographe-chilien-news-3074.html


A découvrir sur:
Magnum Photos 
Sergio Larrain et Pablo Neruda   
Sur next.liberation.fr: Sergio Larrain dans un long silence





Un blog

Profil
Christophe Lemoine
Marie-Anne Divet

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile