Témoignages - Citoyenneté / Libertés

Un mois pour sauver « Femmes en résistance »


27/03/2014




Un mois pour sauver « Femmes en résistance »
Le magazine « Femmes en résistance », lancé par l’association Femmes ici et ailleurs, est en péril. Malgré la qualité de ses reportages citoyens sur les femmes qui agissent à travers le monde, le trimestriel n'a plus d'argent faute de subventions. L'association tente de le sauver par une opération originale : trouver en un mois 900 marraines/parrains, réuni-e-s dans le « Collectif Femmes en résistance ».

« Le système est simple, souligne Femmes ici et ailleurs ;  il évite le renouvellement d’abonnement et il peut être interrompu à tout moment.Vous pouvez rejoindre ce Collectif en acceptant un prélèvement bancaire mensuel de 5 €. Le coût réel n’est que de 1,65 € : l’association étant reconnue d’intérêt général, vos dons vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % de la somme versée, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Chaque trimestre, les marraines et parrains sont les premier-ère-s à recevoir le magazine dans leur boite aux lettres ! »





Nouveau commentaire :







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"