Afrique

Tourisme solidaire en Traction


26/07/2011

Militants du tourisme équitable, ils passent aux actes. Après un circuit en voitures dans trois pays d'Afrique, ils éditent un ouvrage, fruit de leurs rencontres dans les villages traversés. Le produit de la vente sera reversé à une école du Burkina-Faso.

"Trac et troc" c'est l'association créée en Bretagne par une bande de copains, tous grands voyageurs et pratiquants du tourisme équitable. Trac comme Traction Citroën, une voiture hors d'âge mais incomparable pour ouvrir les portes et attirer les regards bienveillants, y compris dans les endroits les plus reculés. Le groupe compte bien sûr des mécanos patentés dans ses rangs. Il a déjà accumulé du savoir-faire en Australie, en Afrique du Sud, au Maroc, en Grèce et Croatie.




Une voiture pour ouvrir les portes

Tourisme solidaire en Traction
"La Traction avant, c'est une merveilleuse machine à faciliter le rencontres"  remarque l'un des cofondateurs de "Trac et troc", Jean-François Boisgérault, lui qui a déjà emmené femme et enfants dans diverses contrées lointaines. L'idée de débarquer en Afrique a mûri conjointement avec une ONG française, l'AFDI, spécialiste du développement agricole au Burkina-Faso. Lié depuis une vingtaine d'année avec le village de Mardaga, Didier Barret a voulu rendre visite par la route à ses amis africains et ne pas arriver les mains vides. 
Une mission réussie! Réalisé en fin d'année 2009, le circuit est déjà loin dans le temps. Mais il débouche cette année sur la seconde étape: le financement de matériel scolaire au bénéfice des enfants de Mardaga. Pour ce faire, un ouvrage illustré raconte l'aventure vécue au fil des jours au contact des habitants du Bénin, de Burkina Faso et du Mali. 
 
3670 km, dont 1029 par la piste, 30 en pirogue et 24 à pied, voilà pour les chiffres affichés aux compteurs. Mais le bilan est surtout dans les rencontres et émotions au plus près de la vie africaine, à l'écart des circuits traditionnels. C'est bien la première fois que Mardaga  voyait arriver une vingtaine de touristes, prêts à payer le gîte et le couvert, mais aussi d'autres prestations d'hôtellerie comme le nettoyage. En même temps, le village a eu le temps de faire découvrir aux visiteurs pas pressés traditions et patrimoine. Conduit par Nicolas Barret, bon connaisseur des villages de brousse, le groupe a su établir des liens faciles avec ses hôtes, loin des normes étoilées. 

Tourisme solidaire en Traction

Du Bénin au Burkina Faso

Parti du port de Cotonou, où les six véhicules avaient été expédiés par bateau, le convoi a remonté vers le Nord en direction du Burkina. Le périple a connu chaque jour son lot d'incidents mécaniques et de belles rencontres. Il faut souvent changer les bougies et régler les culbuteurs des antiques voitures. Parfois c'est un pot qui cède, sous l'effet des ornières. "On a vécu des journées difficiles en échappement libre." Dans les zones peuplées, les Tractions tracent leur chemin au milieu des camions, des animaux, des nids de poule et des marchands de légumes. Vaillantes, les Citroën se jouent des dangers et parviennent dans des territoires plus tranquilles, où leur apparition provoquent un engouement qui fait oublier les petites fatigues. Partout, le groupe se montre attentif et curieux aux autres. Il fait halte dans un village où 350 paysans ont choisi le métier d'apiculteurs. Un autre bonne surprise, c'est la rencontre avec des animaux sauvages sur les pistes.
Au cours d'une rando en pays dogon les voitures traversent des plantations d'oignons. Dans les marchés de villages, les touristes font leurs emplettes. A Mardaga, temps fort du périple, une étape de quatre jours est prévue. "C'était la fête au village, raconte Jean-François Boisgérault. Les habitants avaient construit un abri avec tables et chaises, spécialement pour nous. Ils avaient prévu des citernes d'eau." Le soir, tout le monde se retrouve pour un spectacle de chants et danses éclairé par la lune.

Tourisme solidaire en Traction

Un projet de solidarité

Lancé au printemps 2011, le livre "Les enfants de Mardaga" est riche de belles photos réalisées par les participants, surtout Tatiana Parfishina et Jean-François Boisgérault. Il a été réalisé avec l'aide de Média Graphic et de Num'Eric Concept pour la conception. Chaque livre acheté va permettre de scolariser trois enfants du village. 
Aventure racontée sur le blog http://trac-et-troc.fr/  
 
 
Alain THOMAS
 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 31 Janvier 2016 - 10:34 Martha lutte contre l'excision avec les matrones

Europe | Amériques | Afrique | Asie-Pacifique | Maghreb | Moyen-Orient | Palestine/Israël







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"