Vu, Lu, Entendu...

Soutenir Sans A_, le media qui "rend visibles les invisibles"


21/05/2016




Lancé en mars 2014 par un jeune de 18 ans, Martin Besson, le média associatif Sans A_ (pour sans abri, sans argent…) poursuit sa route. Autour du fondateur, des jeunes journalistes et photographes professionnels issus de milieux différents utilisent toutes les ressources du web (site et réseaux sociaux) pour promouvoir des valeurs de partage, tolérance, solidarité, au travers de portraits rendant "visibles les invisibles."  

Le dernier mis en ligne est celui de  Sofia, 57 ans, qui vit dans une chambre de bonne de 7 m2 dans le 16e arrondissement de Paris, attendant depuis douze ans un logement social. 

L'équipe de Sans A_ a lancé une opération de financement participatif sur Ulule pour développer son action. L'objectif a été fixé à 35 000 euros, à atteindre à la mi-juin. Ce 23 mai, on est à 44 %. 





Nouveau commentaire :







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"