Le billet

Réformes


31/08/2017




« Les Français détestent les réformes », a lancé en Roumanie le Président Macron à la veille de sortir ses réformes sociales. Bien sûr, il voulait dire « mes réformes », qu'il sait impopulaires : le Code du Travail, l'ISF etc. Oublions aussi le lieu de l'attaque. Parions sur le lapsus. Pas possible que notre jeune et très intelligent Président reprenne le vieux refrain, en apparence idiot, en réalité cynique, chanté par la droite libérale pour disqualifier tous ceux qui défendent les réformes conquises dans le passé. Et si certaines résistances syndicales peuvent paraître déphasées, elles n'ont assurément ni la puissance ni la nuisance de la ploutocratie qui déteste et combat les réformes majeures qui s'imposent aujourd'hui sur le climat, la santé, les inégalités, les exclusions. Lesquelles nourrissent une Le Pen et « ses » réformes. Au final, le Président Macron a surtout mal inauguré la réforme de sa communication annoncée en même temps. Il y a aussi des réformes ratées.

Michel Rouger

reformes.mp3 Réformes.mp3  (1.73 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

Tais-toi et marche

Deux-cents jours qu'il nous fait marcher. Deux-cents jours que nous marchons. Le Président parvient à maintenir la cadence. Son parti de supporteurs marche au pas derrière le lieutenant Castaner. Les ex-socialistes continuent de marcher sur leurs convictions passées. Le Medef et les ultra-riches cherchent à accélérer le mouvement. Certes, les syndicats traînent la jambe depuis la farce de dialogue social sur les ordonnances, les associations aussi depuis la chute des contrats aidés, ou encore les élus locaux privés de taxe d'habitation, soumis encore plus à l'État, bientôt moins nombreux... Mais leur grogne n'entrave en rien la grande marche en avant. Nous marchons. Vers où ? On ne sait pas vraiment. Vers moins de démocratie et plus d'inégalités, ça c'est sûr. Le passé semble notre avenir. Pour le reste... Heureusement, le chef sait. Il nous montre le chemin en souriant aux lendemains qui chantent. Alors marchons. Aujourd’hui, demain, jour après jour.

Michel Rouger

23/11/2017

Nono










Newsletter