Le billet

Réformes


31/08/2017




« Les Français détestent les réformes », a lancé en Roumanie le Président Macron à la veille de sortir ses réformes sociales. Bien sûr, il voulait dire « mes réformes », qu'il sait impopulaires : le Code du Travail, l'ISF etc. Oublions aussi le lieu de l'attaque. Parions sur le lapsus. Pas possible que notre jeune et très intelligent Président reprenne le vieux refrain, en apparence idiot, en réalité cynique, chanté par la droite libérale pour disqualifier tous ceux qui défendent les réformes conquises dans le passé. Et si certaines résistances syndicales peuvent paraître déphasées, elles n'ont assurément ni la puissance ni la nuisance de la ploutocratie qui déteste et combat les réformes majeures qui s'imposent aujourd'hui sur le climat, la santé, les inégalités, les exclusions. Lesquelles nourrissent une Le Pen et « ses » réformes. Au final, le Président Macron a surtout mal inauguré la réforme de sa communication annoncée en même temps. Il y a aussi des réformes ratées.

Michel Rouger

reformes.mp3 Réformes.mp3  (1.73 Mo)






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Ensemble - 13/09/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

​Marchons - 08/05/2017

​Insoumis, mon ami - 04/05/2017

Oui ! - 19/04/2017

Quarté + - 13/04/2017

​Parole - 30/03/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Le mal des soignants

Un mal ronge le milieu de la santé : la violence sur les jeunes en formation. Un nouveau diagnostic révèle même un aggravation chez les futurs infirmier.e.s. Ils se déclarent stressés (78%), épuisés psychologiquement (62%), usagers parfois de psychotropes (27%) et pas seulement à cause du poids des études ou de la précarité qui les oblige à bosser : ils se disent aussi victimes de discriminations (36,5%), de harcèlement (33,4%)... Le milieu n'a jamais été d'une grande douceur mais l'austérité injectée à haute dose depuis des années a mis les soignants eux-mêmes sous tension. Le mal frappe à tous les étages mais le principal c'est que les comptes de la Sécurité Sociale, eux, se portent mieux. 

Michel Rouger

21/09/2017

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"







Newsletter