Témoignages - Citoyenneté / Libertés

Pourquoi j'ai quitté Facebook


17/02/2011

Violette, 24 ans, est étudiante à Rennes. Début 2011, elle avait 496 ami(e)s sur Facebook. Elle explique pourquoi elle a quitté le réseau social.





Facebook pour fake look...

J'aime! J'aime, j'aime, j'aime... Mais pourquoi ai-je quitté facebook puisque ce n'est qu'amour, amitié, scoops toujours? Quand je vois refléter la désolation de mon suicide social dans les yeux de la majorité d'entre vous, je tente d'y trouver... de l'ironie? C'est ici que je me dégage de vos arguments sponsorisés, telle une strip teaseuse, je jette mon soutien gorge à vos pieds afin de dévoiler mon cœur.

Car il est bien question de cœur... Selon Facebook, j'étais une femme, amie avec 496 personnes. J'aimais le reggae, la Bretagne, et étais prête pour une révolution en France. Mes photos me représentaient en bodyboardeuse, blonde avant, brune maintenant. Point. Mon profil était le prolongement de ma vie, avec des phrases d'esprit à retenir pour un éventuel statut, des connaissances nombreuses, diverses et attentionnées.

«Nous savons que nous nous mentons»

A raison d'une vidéo mise en ligne tous les deux jours, je comptais mes « j'aime », comme un jeu sans règles. Un cri de « Aimez moi! Regardez ce que j'ai trouvé, ce que je diffuse, informez-vous, changeons le monde! » (et notez l'éclectisme des vidéos)... Plusieurs étapes de ma vie étaient ainsi mises à jour pour tisser le fil rouge de ma personnalité facebookienne à la manière d'un serpent qui se meut dans l'illusion. 

Les voyages que mon ancien travail m'a amenée à faire m'ont permis d'établir un grand réseau de connaissances diverses, professionnelles et personnelles. Désormais étudiante, je commençais à être lasse de ces relations, comme une sensation d'être constamment à actualiser le passé au lieu d'avancer. Tu en es où? Que fais tu maintenant? Le syndrome du Copain d'Avant est superficiel et fondé sur le jugement. 

A la manière de la télévision, les facebookiens prennent le sensationnel comme vrai, les sentiments comme produits et le rire comme échappatoire.  Je n'ose dire qu'il s'agit là de mimétisme inconscient. Les gens ont accepté de se ranger sagement dans des cases pour être accueilli ou recueilli dans une communauté, alors qu'ils ne sont que cueillis par des sociétés privées. 

J'ai entendu à la radio dernièrement que Facebook participait à la bonne estime de soi, puisque des gens mal à l'aise en société peaufinaient et diffusaient un profil flatteur. Comme c'est efficace! C'est utiliser un pansement Mickey pour une mutilation. Faux-semblants, glorification du moi qui n'existe pas, photos retouchées, travaillées et poses calculées...  Avec comme couvert la fameuse phrase « mais je suis sans complexe, j'assume ». 

« Soyez épanouis, devenez vous-même », tant de conseils qui nous pressent à devenir une Ginette Venus ou un Hugo Boss. Mais quand on prend conscience du relief de son visage sur le miroir, on accepte mal de se mentir à ce point. Au fond, nous ne sommes pas dupes et savons que nous nous mentons. Parce que si la dépression n'a pas de profil sur Facebook, c'est qu'elle en est la skin. 

«Mon profil est maître et juge de ma vie sociale»

Voici donc la démarche... Un profil est trop précis pour être authentique, et donner les grandes lignes de sa personnalité, c'est la censurer, c'est oublier son caractère changeant qui rend fous les scientifiques depuis tout temps! Mon profil était peu rempli, et j'ai commencé à y réagir : Je ne suis pas que ça!
  
Suivaient alors les injonctions du site, « dis nous ce que tu aimes, et tu en seras gratifiée, les gens sauront, connaîtront ta vraie personne... » Mais, me débattais-je, je ne peux pas mettre dans des cases ce que j'aime, je ne peux être aussi tranchée dans mes avis, dans mes goûts, je suis bien trop nuancée! Ai-je le droit de l'être? Mais mon profil est maître et juge de ma vie sociale... 
 
Je fus partagée entre la Révolution du Jasmin rendue possible notamment par Facebook et ma volonté de participer à changer les choses dans notre société. Seulement, la publicité 2.0. m'a surprise au point d'en avoir le cœur net. Sûre de la confidentialité de mon compte (sans application ou jeux abrutissants), tel ne fut pas mon effroi de constater qu'un mot clé avait été retenu dans un petit commentaire du statut d'un ami. Les pubs en lien direct avec mon message me suivirent jusqu'à Youtube et stoppèrent, après la suppression de mon compte. 

Facebook a donc mis à bas mon estime en me mettant face à un grand dilemme: si je ne disais pas tout ce que j'aimais dans la vie, les gens ne sauraient jamais qui je suis vraiment, je perdrais alors mes valeurs d'authenticité. Or, ces valeurs comprennent aussi un refus d'être fichée, de collaborer avec les pulsions capitalistes du fondateur du site et de permettre à des gens inconnus d'avoir accès à mes pensées, à mes idées et mes amours...

«Retrouver l'illogisme qui fait le charme de tous»

Mon « départ » fut vécu comme un acte de courage et de confiance. J'ai écrit un mail invitant tous mes amis à garder le contact. J'ai été surprise par un engouement total, allant du « what's wrong with you » à « bravo, you did it », pour arriver à me sentir riche de souvenirs et de vrais amis... J'ai zappé la logique de marketing du moi, en retrouvant l'illogisme qui fait le charme de tous.   

Désormais, je fais confiance en mon destin si je dois retrouver des connaissances. Croire en la magie du lieu et de l'instant, et aimer de toutes façons et de toute manière, sans plus jamais associer un clic à un « j'aime ». Je suis retournée aux sources des relations privées, avec un goût d'authenticité qui, ma foi, s'agrémente parfaitement d'un cœur en phase avec lui-même. 
 
Ce réseau chéri et surenchéri, ce fond bleu et ses petites taches rouges quotidiennes, je lui souris car il m'a servi à réintégrer le vrai partage, les attentions directes, le one-to-one, la confiance en soi... Rescapée de l'emprise de Facebook, je proclame ma sûre-vie!

Violette Goarant

NDLR: le titre et les intertitres sont de la rédaction.



Tags : Jeunes




1.Posté par Abouly Fanny le 16/07/2011 19:24
Un simple merci ;
c'est tellement plaisant de lire des articles comme cela, qui prouvent que des gens sont toujours dans la réalité de la vie et non perfusé au superficiel.
J'ai beaucoup apprécié lire ces lignes, ses idées.

2.Posté par Aigght le 04/01/2012 14:31
Yes bravo à toi !
J'ai aussi quitté facebook il y a quelque mois et je me reconnais parfaitement dans tes lignes.

3.Posté par jelegardepourmoi. le 10/02/2012 09:22
Voilà ! Retour dans le monde depuis 3 mois pour ma part....Sans traumatisme.

4.Posté par Geoffrey le 18/02/2012 02:25
Après y être resté 3ans, j'ai quitté le réseau social depuis 1 an, maintenant. Je vis tellement mieux ! Mais autour de moi, tout le monde devient superficiel, les conversations divergent toutes sur FB, ou sont en rapport avec. Les gens s'abrutissent avec ce site.

Quelle société de CON(sommation) : facebook n'a rien d'authentique, on s'ouvre au monde ; mais les gens finissent de plus en plus seuls, au final !

Mais je ne cache pas que parfois, c'est dur... de se sentir abandonné par des gens que vous pensiez etre vos amis, tandis que d'autres vous étonnent, et prennent des nouvelles de vous.

Quitter facebook demande du courage, et une personnalité en béton !

Cordialement

5.Posté par Romain le 05/03/2012 23:05
Je suis accro à Facebook !
C'est peut-être vite dit, mais une application m'a indiqué que j'ai passé 16 h 11 sur fb la semaine dernière...

C'est là que j'ai réagi ! Le pire dans tout ça, c'est que tout ce que j'y fait c'est jouer à des mini jeux, parler avec ma copine, et suivre plus ou moins l'actualité de mes potes... Voilà plusieurs jours que je me pose la question d’arrêter tout ou pas...

Mais en lisant ton article je crois que mon choix est fait.

6.Posté par talkswiththeclouds le 23/06/2012 05:03
Je ne m'y reconnais pas trop dans ce témoignage.J'utilise fb comme un support d'informations, et communication; je montrais, au départ, bcp de réticence à cette plate forme virtuelle.Puis, finalement, assez à contrecoeur, je m'y suis laissé "entrainer".. pour autant, je n'ai dans mon réseau social "que" 30 "amis" environs, dont certains, une partie, rencontrés vraiment, ou avec qui j'entretiens des correspondances.D'ailleurs, j'y suis inscrit sous un pseudonyme, un " personnage public", en quelque sorte ( et non à etre "reconnu" par mon identité, mes relations d'écoles, tout ça).Je suis pas une personne super doué pour la communication, et fb, me " permet" d'accéder aux actualités, centres d'intérets d'autres personnes avec qui j'ai des affinités, voire, de diffuser plus 'efficacement" (en raison de la portée de ce réseau social), ce que je souhaite exprimer (et que j'exprime ailleurs).Fb, pour moi, un outil à utiliser, qui peut s'utiliser ' bien"..

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono