Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

Pour la jeunesse Tunisienne une seule priorité, organiser des élections démocratiques


25/02/2011




Pour la jeunesse Tunisienne une seule priorité, organiser des élections démocratiques
Slim Amanou est l'emblème des jeunes Tunisiens qui ont utilisé internet comme "support à la révolution" comme il le précise lui même dans l'interview qu'il a donné à Respect Mag. "Sans médias, ni relais, point de révolution" précise-t-il. Mais, ramenant ainsi le média à sa juest place, il ajoute immédiatement : "Même avec la mobilisation de tous les réseaux et modes d’expression sur le web, la révolution a tardé et a eu beaucoup de mal à se faire. Ce que tout le monde oublie aujourd’hui, c’est que nous avions essayé à plusieurs occasions, notamment lors des soulèvements dans le bassin minier de Gafsa en 2008."

Au plan politique la génération Twitter se veut pragmatique et centrée sur l'essentiel. Quand on lui reproche d'être entré dans un gouvernement de transition où siègent d'anciens ministres de Ben Ali il se justifie : "Pour mener à bien la transition, il faut avoir des hommes qui maitrisent la gouvernance et les arcanes de l’Etat". Il est sans grande illusion sur son rôle actuel de secrétaire d'état à la jeunesse et aux sports : " C’est uniquement pour gérer les affaires courantes. Eventuellement, si je peux améliorer les maisons des jeunes en très mauvais état, je le ferais." Mais là n'est pas l'essentiel. "Je suis bien plus utile et efficace à l’intérieur du pouvoir qu’en dehors. Je rends compte aux Tunisiens de ce qui s’y passe." Même si, à la demande du premier ministre, il a renoncé à "twitter" en directe des réunions du gouvernement. 

"De toute façon, il fallait que ceux qui ont fait la révolution y soient. J’ai assumé mon rôle jusqu’au bout." et de conclure : " L’objectif reste d'organiser des élections le plus rapidement possible. Tout le gouvernement s’y attèle. C’est son seul objectif."

Sur le site de Respect mag lisez l'intégralité de cet interview de Ousmane Ndiaye qui donne un intéressant éclairage sur ces jeunes des classes moyennes Tunisienne qui ont été fer de lance de la révolution de Jasmin.


Tags : Afrique, Tunisie



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Septembre 2014 - 22:11 Appel au don : un havre pour enfants en Syrie







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Parole

Manuel Valls s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire : c'est non, il va voter Macron. François Fillon avait déclaré qu'il ne serait plus candidat s'il était mis en examen ; ben non, je reste. Telle est la parole aujourd'hui de deux anciens premiers ministres rêvant de devenir chefs d'État. Le déshonneur assumé, revendiqué même au nom de l'intérêt supérieur de la Nation quand il ne s'agit que d'intérêt personnel : rebondir en tuant enfin le PS pour l'un, se mettre à l'abri de la justice pour l'autre. De quoi favoriser un peu plus les paroles extrêmes, les mensonges de Marine Le Pen, les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. D'inciter les électeurs à rester silencieux le 23 avril. De laisser pour de bon la démocratie sans voix.

Michel Rouger

30/03/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"