Vu, lu, entendu... Solidarité Nord-Sud

Pétrole, gaz... : pétition contre la corruption


11/12/2012




Pétrole, gaz... : pétition contre la corruption
Lancée en Grande-Bretagne en juin 2002 puis en France en avril 2003, la campagne "Publiez ce que vous payez !" rassemble dix ans plus tard quelque 200 organisations non gouvernementales à travers le monde.   

L'appel s'adresse aux grandes compagnies occidentales qui extraient du pétrole, du gaz et des minerais. En communiquant ce qu'elles payent aux États où elles travaillent, elles peuvent donner aux citoyens de ces pays le moyen de lutter contre la corruption des dirigeants : tout le monde connaît le grand scandale des pays cumulant richesses naturelles et pauvreté massive.  

En ce moment, une pétition est en cours sur Avaaz pour convaincre l'Union européenne d'imposer cette transparence aux multinationales pétrolières, gazières et minières comme cela a pu se faire l'été dernier aux États-Unis après un rude combat.

Le site de la campagne : www.publishwhatyoupay.org.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Novembre 2014 - 10:08 Toute la semaine : la Solidarité internationale







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"