Vu, lu, entendu... Europe

"On a retrouvé l'histoire de France"


19/02/2013




"On a retrouvé l'histoire de France"
Jean-Paul Demoule est archéologue et professeur à l'université de Paris-I. Il a été président du principal institut de fouilles en activité sur notre territoire (l'INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives) de 2002 à 2008. À partir des fouilles archéologiques menées sur les sols de France, il a écrit un ouvrage qu'il a intitulé de façon très explicite : « On a retrouvé l'histoire de France ».

Il raconte en effet une histoire de notre pays différente de celle de nos manuels d’histoire et même souvent en contradiction avec eux : une nouvelle histoire de France – concrète et argumentée – et non sa reconstruction idéologique poussiéreuse, voire dangereuse, remontant au XIX° siècle et à la III° République. 

Ainsi, bon nombre de clichés sur nos ancêtres et sur l’histoire de notre territoire sont mis à mal et on y apprend qu’une grande partie de sa richesse et de sa diversité… tiennent à notre métissage, au brassage et au mélange des populations qui existent depuis la Préhistoire. À partir des fouilles menées sur l'ensemble du territoire français, Jean-Paul Demoule nous fait voyager dans le temps et nous fait rencontrer les premiers immigrants arrivés d’Afrique dès la préhistoire, les « colons du Moyen-Orient » qui nous ont appris l'agriculture et l'élevage, il y a quelques 7 800 ans. Il nous emmène à la découverte des quartiers juifs du Moyen Âge et nous rappelle l'influence arabe dans le Sud de la France.

En bref, il nous incite à revisiter, connaissances à la clé, des notions comme celle « d’identité nationale »  ou encore des idées comme celle « d’une permanence et d’une essence de ‘’La France’’.»

Pour aller plus loin, il faut vraiment prendre le temps de lire cet ouvrage, mais on peut aussi se référer à des entretiens avec son auteur comme, par exemple, celui-ci.





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Mars 2015 - 16:46 Aidons les Grecs, de peuple à peuple







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"