Vu, lu, entendu... Maghreb

Nabila Mounib, leader socialiste et reine du franc-parler


25/06/2014

Du sport, des obstacles, des acteurs de terrain... La matinée avec l'association de développement de la vallée de l'Ourika avait tout pour plaire à Nabila Mounib, la secrétaire générale du Parti Socialiste Unifié. Ce n'est pas sans aimer le sport qu'une femme peut prendre la tête d'un parti politique, au Maroc ou ailleurs...




Au milieu des militants le 13 juin 2014 lors d'un meeting à Marrakech
Au milieu des militants le 13 juin 2014 lors d'un meeting à Marrakech
Nabila Mounib, la cinquantaine jeune et élégante, est solidement armée pour le combat politique. Dans les années 70, alors consul à Oran, son père, juriste et intellectuel engagé, lui fait découvrir le socialisme algérien pendant que sa mère, aristocrate issue d'une grande famille de Fès, s'occupe de ses neuf enfants. « J'avais 14 ans, c'est à ce moment-là que ma conscience politique est née », confie-t-elle à la veille de la matinée dans la vallée organisée par Abdelali Atif, responsable de l'association de développement et en même temps du PSU pour la région de Marrakech.

Au meeting de Marrakech
Au meeting de Marrakech

« Tu es meilleure que moi pour le combat politique »

Après le bac, sitôt rentrée au Maroc, elle est  de toutes les batailles étudiantes. Partie ensuite pour quatre ans à Montpellier préparer son doctorat d'endocrinologie, elle intègre rapidement la section des étudiants démocrates. Et quand elle revient au pays d'Hassan II, c'est pour entrer à l'Organisation de l'Action Démocratique et Populaire (OADP) issu du « Mouvement du 23 mars », ce jour tragique de 1965 où les forces du régime tirèrent sur les jeunes en révolte, faisant des centaines de morts.
 
Symbole et championne de la libération des femmes au Maroc, Nabila Mounib n'en est pas moins reconnaissante envers trois hommes : son père ; son beau-père, compagnon de route de Ben Barka, le célèbre opposant à Hassan II assassiné ;  et son mari. En 1997, après avoir fait une pause en politique au profit de ses deux filles et de son travail de prof de fac, Nabila Mounib se présente aux législatives et son mari aux municipales : « Il m'a dit  "Tu es meilleure que moi pour mener le combat politique, je m'occuperai de mes enfants et de mon boulot". » 
 
« Toute ma famille me soutient », souligne-t-elle. Ajouté à des convictions et une énergie d'un solide métal, ce soutien a été bien investi. Tout en restant syndicaliste de l'enseignement supérieur, Nabila Mounib n'a cessé depuis lors d'agir et de s'imposer dans le monde machiste de la politique marocaine jusqu'à devenir la secrétaire générale du PSU en janvier 2012.

Image d'un meeting PSU
Image d'un meeting PSU

Le roi interpellé…

L'un de ses meilleurs atouts est sa cohérence au sein d'une gauche qui a vite fait de succomber aux sirènes royales. Déjà, en 1996, lors de la réforme constitutionnelle proposée par Hassan II, elle avait été de ceux qui avaient poussé l'OADP, ancêtre du PSU, à voter non. En 2011, dans la même logique, le PSU a boycotté le référendum constitutionnel proposé par le roi dans la foulée du Printemps Arabe marqué au Maroc par les manifestations du 20 février. Réformes illusoires pour le PSU de Nabila Mounib qui réclame une monarchie parlementaire.  
 
Ce n'est pas elle non plus qui succombera de sitôt à l'attrait ministériel. « Pas de participation sans garantie », répète-t-elle, et comme les garanties risquent d'attendre longtemps... Non, la double priorité de Nabila Mounib est de soutenir les jeunes du « Mouvement du 20 février »,  pour lesquels les locaux du PSU à Casablanca sont un refuge  face à la répression, et de rassembler les courants de la gauche radicale. Ça avance... lentement  : en  janvier 2014,  l'Alliance de la gauche démocratique créée en 2007 avec deux autres mouvements est devenue la Fédération de la gauche démocratique.
 
Celle-ci peut en tout cas compter sur l'image et la parole de Nabila Mounib qui s'est fait une place dans les médias. Il est vrai que certaines de ses déclarations font du bruit. L'une reste particulièrement dans les mémoires, prononcée en août 2013 lors du scandale provoqué par la grâce royale du violeur pédophile espagnol Galvan Viña (grâce retirée à la suite du tollé). Nabila Mounib a alors demandé au roi de « présenter ses excuses ».  Qui d'autre aurait osé ?
 
M. R.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Novembre 2014 - 08:44 Le film « Retour en Algérie » poursuit sa route

Vu, lu, entendu... Maghreb







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"