La Lettre d'Histoires Ordinaires

Les pesticides ont brisé leur vie


21/07/2017




Les pesticides ont brisé leur vie

Le 25 octobre, les représentants des États de l'Union Européenne doivent décider s'ils autorisent pour dix nouvelles années - ainsi que le propose la Commission - le pesticide  entrant dans la composition du Round up, le glyphosate, considéré comme "cancérigène probable" par l'Organisation mondiale de la santé et symbole du scandale des pesticides. Retour sur des portraits de victimes de l'agrochimie parus sur Histoires Ordinaires et sur des actions citoyennes. 
Lire l'article.



 
   LA LIBRAIRIE D'HISTOIRES ORDINAIRES ÉDITIONS

          Les livres sont à commander sur la librairie

UN PARFUM DE VICTOIRE
Avoir un enfant quand on est en situation de handicap
150 pages + DVD 2 h
10 € (+ 2,40 € de frais de port)

ÇA COLLE, ANATOLE !

Quand des adultes en situation de handicap intellectuel réalisent un livre-CD pour enfants... 
10 € (+ 2,40 € de frais de port))

LE RENCARD DES MOTS DITS

Des chercheurs d'emploi se sont faits chercheurs de mots avec la conteuse Gigi Bigot. De leur quotidien, ils ont fait un acte de poésie. 
7 € (participation aux frais de port : 2,40 €)

HOLA DESDE CUBA

Vingt-quatre portraits d'habitants de Trinidad croqués par Juan Lazaro Besada, philosophe et poète de la ville.
180 pages.  
8 €.
 (+ 2,40 € de frais de port)

LE CONSERVATOIRE DE MUSIQUE : L'ART ET LA MANIÈRE

Le conservatoire de musique lieu de plein épanouissement ou  lieu d'élitisme ? .L'auteur, docteur en musicologie, souligne les enjeux et  interroge des pratiques qui peinent parfois à se renouveler.
140 pages
10 € ( + 2,40 € de frais de port)


Toujours disponibles
Rennaises :  6 € 
Quinze portraits de Rennaises parus sur le site
Quand on y repense… : 5 €
Tous les billets de de 2012 et 2013
Participation aux frais de port : 2,40 €




Dans la même rubrique :


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono










Newsletter