Vu, lu, entendu... Travail

Les Jardins de Cocagne cultivent la solidarité


31/01/2012



Les Jardins de Cocagne cultivent la solidarité
L'association des jardins de Keribet vient d'adhérer au réseau Cocagne : une manière de sortir de l'isolement pour s'appuyer sur un réseau de coopération fort de plus de 100 associations sur toutes la France et qui s'étend en Europe.

Le premier Jardin de Cocagne a vu le jour à Besançon en 1991. Comme lui, tous les adhérents au "réseau Cocagne" ont pour vocation d'accueillir des personnes en situation précaire et de leur donner l'occasion de se reconstruire au plan personnel et professionnel en contribuant à la production de fruits et légumes bio. 

Ils gèrent prioritairement des chantiers d'insertion, mais le réseau commence à accueillir des entreprises d'insertion, à l'instar des Jardins de Keribet. Elles assurent un vrai emploi en CDD d'insertion sur des durées pouvant aller jusqu'à 24 mois.

Les Jardins de Cocagne ne rempliraient pas leur mission et ne sauraient pas se financer s'ils ne s'appuyaient pas sur des "adhérents consommateurs" qui s'engagent, dans la durée, à acheter la production sous forme de paniers.

Les association du réseau doivent respecter les principes d'une charte qui fixe 4 engagements principaux :
  • Lutter contre les exclusions et la précarité en mobilisant les conditions d’un retour à l’emploi durable, chez des femmes et des hommes en difficultés sociales et professionnelles, dans le cadre d’une activité de travail valorisante.
  • Produire dans le respect du cahier des charges de l’Agriculture Biologique
  • Commercialiser la production à destination d’un réseau d’adhérents-consommateurs
  • Intégrer le secteur professionnel agricole local


Une interview du fondateur

Dans cet interview qui date de 2007, le fondateur des Jardins de Cocagne rappelle l'origine du réseau et ses buts.


Reportage

Un reportage qui illustre bien le projet des Jardins de Cocagne





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono