Vu, lu, entendu... Amériques

Le peintre cubain José Angel Vincench


01/12/2010

« L’artiste cubain José Angel Vincench, explique François Vallée, grand collectionneur de peinture cubaine, se sert aujourd’hui du langage artistique et de l’histoire de l’art pour faire parler ceux qui ne le peuvent pas, les prisonniers politiques cubains.




Après avoir élaboré son travail autour des croyances cubaines d’origine africaine, établissant un lien entre le social, le religieux, le rituel et le mythe à partir de l’interprétation de symboles et la composition de métaphores poétiques, l’art est ainsi devenu pour lui une arme de confrontation et de dénonciation, un acte de foi dans la liberté et la démocratie. Vincench a créé et continue de créer une des œuvres les plus audacieuses, courageuses, brillantes et importantes de l’art cubain contemporain. »    Réalisation : Michel Ogier   Montage : Stéphanie Chiffaudel  http://michelogier.net/





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Février 2015 - 17:22 Indignation sélective







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"