Vu, lu, entendu... Amériques

L'histoire terrible et heureuse de l'indien Karapiru


14/02/2013




L'histoire terrible et heureuse de l'indien Karapiru
Sur le site de Survival, on peut découvrir l'histoire terrible d'un indien de la tribu Awá dans le nord-est du Brésil, une tribu "découverte" il y a quarante-cinq ans seulement et qui a vu peu à peu arriver colons, éleveurs, bûcherons, lesquels n'ont eu de cesse de chasser les pauvres awás.
 
C'est ainsi que Karapiru a vu un jour des hommes de main armés surgir et massacrer sa famille. Lui a réussi à s'échapper, une balle dans le dos, en s'enfonçant dans la forêt. L'un de ses fils s'en est sorti aussi mais blessé et capturé.
 
Dans un premier épisode, Survival décrit les dix années d'errance de Karapiru : plus de 600 kilomètres de marche à travers l’Etat du Maranhão. Karapiru lui-même raconte dans de courtes séquences son odyssée.
 
Le second épisode est l'histoire d'une rencontre. Un jour, Karapiru suit un fermier jusqu’à un village. La nouvelle se répand qu’un Indien inconnu, parlant une langue que personne ne comprend, est sorti de la forêt. Et puis, on lui présente Xiramukû et lui le comprend…
 





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Février 2015 - 17:22 Indignation sélective







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Régime

Tous au régime, répètent les journaux. Pas pour nous aider à amincir des corps trop débordants l'été venu. Là, c'est trop tard. Non, le régime, c'est la métaphore préférée des médias pour rendre légers les choix brutaux des gouvernants. Au "régime", ou à la « "diète", les collectivités locales, l'État, la Sécu. Ou bien, pour changer : L'État "réduit son train de vie", "se serre la ceinture". Etc. Trop gras, trop gros, que fondent tous ces milliards en trop ! Bien sûr, les médias pourraient titrer sur les victimes de ces régimes à répétition, les mal soignés, les mal logés. Sur les firmes privées qui font du gras sur des services jusqu'ici gratuits. Ou encore sur les immenses besoins non satisfaits. Eloignés du réel, ils soutiennent au contraire par de doux euphémismes les idéologues de l'impôt allégé et de la diète publique.

Michel Rouger

20/07/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"